Startup

Des fonds de startups égyptiennes mettent l’innovation technologique nord-africaine sur la carte

Deux fonds de capital-risque basés au Caire soutiennent des entrepreneurs qui ont pour dessein de s’attaquer aux transports, aux services financiers, aux inefficacités du marché et à d’autres défis régionaux.


En effet, Sawari Ventures a clôturé son premier fonds de 71 millions de dollars avec des engagements de la Banque européenne d’investissement, d’institutions de financement du développement au Royaume-Uni, en France et aux Pays-Bas, et de banques régionales, dont la Banque du Caire, la National Bank of Egypt et la Suez Canal Bank. Aussi et séparément, Algebra Ventures a lancé son deuxième fonds, fixant un objectif de 90 millions de dollars.

L’Égypte est le quatrième plus grand marché du capital-risque en Afrique, absorbant 9 % des fonds de capital-risque du continent. C’est également le deuxième marché de capital-risque de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, avec 24 % des fonds de capital-risque de la région.

Lire aussi| Action Publique : Africa Business School lance la 2ème édition de son Mastère Spécialisé

De l’amortissement à la croissance

Sawari a soutenu neuf entreprises depuis 2018, dont Almentor, une plateforme d’éducation en ligne pour les arabophones, la société de logistique et de livraison Elves et l’appli de covoiturage communautaire SWVL.

Le deuxième fonds de Sawari se concentrera sur les investissements en phase de croissance en Égypte, en Tunisie et au Maroc. Son fonds d’amorçage, Flat6Labs, allouera 10 % du capital.

Algebra Ventures investit jusqu’à 2 millions de dollars dans des entreprises technologiques en phase de démarrage. La société a soutenu 21 startups en Égypte et dans le Moyen-Orient élargi et l’Afrique du Nord avec son premier fonds de 54 millions de dollars, rapporte TechCrunch. Le portefeuille comprend l’application de covoiturage et de livraison Halan, spécialisée dans les véhicules à deux et trois roues, et la société d’apprentissage en ligne Little Thinking Minds, qui propose des programmes pour les enfants réfugiés.

Lire aussi| Blockchain et Immobilier : le grand défi

 
Article précédent

Action Publique : Africa Business School lance la 2ème édition de son Mastère Spécialisé

Article suivant

Alzheimer : le Rotary Club Casablanca La Sqala concrétise ses efforts