Pandémie

Des MRE mécontents de devoir observer la quarantaine à l’hôtel

De plus en plus de MRE manifestent leur mécontentement de devoir observer un isolement sanitaire de dix jours dans un hôtel. Mais, les pouvoirs publics se montrent intransigeants sur le respect de cette mesure de prévention pour endiguer le risque de propagation du virus de la Covid-19. Pourtant, d’autres solutions existent.


L’obligation d’observer une quarantaine de dix jours à l’hôtel a douché les espoirs de beaucoup de Marocains résidant dans les pays placés par le Maroc sur sa liste B. De nombreuses familles ont fait part de leur étonnement face à cette mesure contraignante qui a poussé beaucoup de leurs membres à « passer leurs vacances dans leurs pays d’accueil ou aller voir ailleurs ».  ll faut dire que pour entrer au Maroc à partir des pays de la liste B, le Royaume exige, en plus d’un test PCR négatif à l’embarquement datant de 48 heures au maximum, une quarantaine de dix jours à l’arrivée, à la charge des voyageurs dans des structures préalablement désignées par les pouvoirs publics.

« En plus de s’isoler dans un hôtel pendant une dizaine de jours,  les futurs MRE en provenance des pays de la liste B doivent effectuer un PCR au neuvième jour de leur isolement sanitaire pour prouver qu’ils ne sont pas porteurs du virus », se désole un jeune marocain dont le frère vivant à Arabie Saoudite a annulé son voyage à la dernière minute. « Lors de la publication des deux listes par le ministère des Affaires étrangères, l’Arabie Saoudite était sur la liste A mais quelques jours après, il a été placé sur la liste B. Mon frère ne veut pas être enfermé durant une partie de ses congés », martèle-t-il.

Lire aussi | Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants

En effet, dans le contexte mondial actuel, après une période stressante de restrictions sanitaires, les MRE ont besoin de décompresser et que la durée moyenne d’un séjour estival est comprise entre une et deux semaines, rares sont ceux qui acceptent de sacrifier la moitié de leurs vacances pour rester confinés à l’hôtel. En témoignent les échauffourées qui ont lieu le mercredi 16 juin dernier à l’aéroport Mohammed V de Casablanca où des MRE en provenance de Manama, à Bahreïn, pays figurant dans la liste B, ont manifesté leur mécontentement en improvisant un sit-in pour exprimer leur refus de se soumettre à la mesure d’isolement de dix jours. Peine perdue ! Les autorités locales se sont montrées intransigeantes sur le respect de cette mesure de prévention pour endiguer le risque de propagation du virus de la Covid-19.

Des modèles à suivre !

Sur les réseaux sociaux également, les MRE ne manquent pas l’occasion de se manifester, chacun à sa manière, comme c’est le cas de cette MRE d’un pays du Golfe qui a posté une vidéo. En quarantaine dans un établissement hôtelier mitoyen de Casa-Voyageurs, elle a filmé sa sortie de l’hôtel et sa balade, profitant de l’occasion pour dire son incompréhension de l’obligation d’observer la quarantaine. « S’il est logique que les pouvoirs publics prennent des précautions sanitaires nécessaires, certains pays ont quand même réussi à mettre en place des solutions de quarantaine plus courtes, tout aussi préventives mais pas dissuasives. « Ils imposent à l’aéroport d’arrivée un dépistage des voyageurs puis un auto-confinement d’à peine 24 heures jusqu’à ce que les résultats du test tombent. Ce n’est qu’en cas de résultat positif qu’il y aura un isolement dans un hôtel dédié à cet effet », fait observer un expert.

Lire aussi | Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1

Aujourd’hui, il reste à savoir si les appels des MRE des pays placés sur la liste B ainsi que ceux de leurs familles au Maroc, seront attendus. Jusque-là, le geste d’assouplissement à leur endroit, a concerné l’autorisation exceptionnelle qu’ils devaient demander auprès des services consulaires. En effet, depuis dimanche dernier, ces citoyens marocains résidant dans les pays de la liste B ne sont plus tenus de présenter qu’un test PCR négatif à l’embarquement de moins de 48 heures et de respecter une quarantaine de 10 jours, à leur charge dans un des hôtels désignés par les autorités locales.

Pour rappel, la liste B compte l’Afghanistan, l’Algérie, l’Angola, l’Arabie Saoudite, l’Argentine, le Bahreïn, le Bangladesh, le Bénin, la Bolivie, le Botswana, le Brésil, le Cambodge, le Cameroun, le Cap Vert, le Chili, la Colombie, le Congo, Congo (RDC), Cuba, les Emirats Arabes Unis, Eswatini, Guatemala, Haïti, Honduras, l’Inde, l’Indonésie, l’Iran, l’Irak, la Jamaïque, le Kazakhstan, le Kenya, le Koweït, Lesotho, Lettonie, Liberia, la Lituanie, Madagascar, la Malaisie, le Malawi, les Maldives, Mali, les Iles Maurice, le Mexique, la Namibie, le Népal, le Nicaragua, le Niger, Oman, Ouganda, le Pakistan, Panama, le Paraguay, le Pérou, Qatar, la République Centrafricaine, la République Démocratique Populaire de Corée (Nord), les Seychelles, le Sierra Leone, la Somalie, le Soudan, l’Afrique du Sud, le Sri Lanka, le Sud Soudan, la Syrie, la Tanzanie, Tchad, Thaïlande, Togo, l’Ukraine, l’Uruguay, le Venezuela, le Vietnam, le Yémen, la Zambie et le Zimbabwe.

Lire aussi | Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]

 
Article précédent

Bank Al-Maghrib maintient son taux directeur inchangé à 1,5%

Article suivant

Peugeot. Le pick-up Landtrek fait sa tournée dans le Royaume