Tourisme

Digitalisation : un casse-tête pour les agences de voyages marocaines

Si par le passé, pour préparer ses prochaines vacances, il fallait immanquablement pousser la porte d’une agence de voyages, aujourd’hui, les voyagistes marocains doivent s’adapter en investissant dans le digital. Mais, la tâche semble difficile. 


En quelques clics, il est possible de trouver et de réserver un billet d’avion pour toutes les destinations souhaitées, dans la mesure où de nombreuses agences de voyages en ligne permettent d’organiser vos prochains séjours. 

Le monde change et le métier d’agent de voyage également. En effet, il n’est plus possible, pour les agences de voyages marocaines, d’envisager une politique commerciale efficiente sans une stratégie de communication digitale. Facile à dire mais très difficile à mettre en place. Il faut dire qu’au moment où le touriste marocain fait de plus en plus son marché de voyage sur internet, le voyagiste marocain se doit de s’adapter.

Selon l’Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT) , 90% des Marocains ayant un smartphone utilisent régulièrement des applications mobiles. Toute une fraction de la population effectue des achats en ligne après avoir navigué à la recherche d’inspirations et d’avis sur le web. Les e-consommateurs ayant plus de 25 ans sont de plus en plus actifs. Une aubaine pourtant pour les voyagistes marocains qui semblent peiner à s’adapter aux nouvelles réalités du marché. « Les agences de voyages marocaines ont certes compris qu’elles franchissent le pas, mais elles manquent de moyens et d’accompagnement», confie un agent de voyages qui dit faire avec les moyens du bord.

Lire aussi : Marché français : L’ONMT rafle plusieurs contrats

Si certains voyagistes trouvent des difficultés, d’autres, notamment les plus grands du secteur, ont tenté l’expérience. C’est le cas d’Atlas voyages. Cette dernière réalise entre 40% et 45% de son chiffre d’affaires grâce à son API (application programming interface), une interface d’échange de contenu qui offre en temps réel les produits aux tours opérateurs européens et internationaux .

«Ce canal de vente a l’avantage d’être rapide, fiable et sans contrainte géographique. Il permet aussi de suivre tous les indicateurs de performance en temps réel », explique Mohammed Hour, Business Data analyst chez Atlas Voyage. Pour autant, les agences de voyages marocaines qui se sont mises au digital, doivent faire face à la concurrence qui se traduit par la multiplicité des agences de voyages internationales en ligne. «On a fait la migration vers la digitalisation depuis 2015, un investissement qui nous a coûté plus de 60.000 DH, l’objectif étant de ne pas rater les clients potentiels ainsi que d’être présents sur le marché digital », souligne Nawal Gandouli, commercial chez Olé Voyage.

Il faut souligner que Booking, Expedia, Airbnb, Liligo.com ont tous pris une longueur d’avance. «Ces plateformes internationales ont tout simplement trouvé un marché national sans opérateurs locaux forts et digitalisés. Le résultat est qu’ils cartonnent », souligne un agent de voyages.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

L'UE annonce la lutte contre la fraude à la TVA

Article suivant

Transport routier : le ministère poursuit ses consultations