Fête du Trône

Discours Royal. Deux grands défis inséparables : développement national et paix régionale

Le Discours Royal du 31 juillet est hautement symbolique. Deux idées forces bien articulées, ont été exprimées dans un langage simple, sincère et direct.


Le Royaume du Maroc « puise sa force dans la cohésion nationale et l’adhésion unanime de ses composantes autour des symboles sacrés ». Il « tire sa puissance de ses institutions et de ses citoyens qui s’emploient par leurs compétences et leurs initiatives, à développer, à faire progresser leur pays et à défendre son unité, sa stabilité ». Cette force et cette puissance résident dans le « capital humain et civilisationnel en perpétuel renouvellement ».

Lire aussi | Fête du Trône. Voici l’intégralité du Discours de SM le Roi Mohammed VI

C’est cette réalité qui fait que le Royaume résiste au choc sanitaire mondial actuel, en remportant sa première victoire dans la campagne vaccinale, tout en se préparant stratégiquement à relever les nouveaux défis. Le projet d’avant-garde pour la fabrication des vaccins, des médicaments et du matériel médical, indispensables pour le Maroc, illustre concrètement cette démarche. Cependant la vigilance doit demeurer. L’effort national collectif, conjugué à une année agricole favorable, a déjà donné des signes positifs de reprise.

Le nouveau modèle de développement est aussi une réponse stratégique. C’est une nouvelle étape d’accélération de la croissance économique et surtout de la consolidation du projet de société où le bien être humain collectif et durable constitue la finalité ultime du processus de développement. Pour cela, à l’instar de la phase de conception, la phase de mise en œuvre devra impliquer l’ensemble de la Nation, à travers les nouveaux responsables gouvernementaux et les détenteurs de mandats publics. Le Pacte national de développement devra constituer un nouveau rendez-vous historique, une « nouvelle Révolution du Roi et du Peuple ».

Lire aussi | Votre e-magazine « Challenge » du vendredi 30 juillet 2021

La dimension nationale est inséparable de l’ordre international et surtout du niveau régional. La réussite du développement national est étroitement liée à la stabilité et à la paix. Aujourd’hui, le maintien de la fermeture des frontières entre le Maroc et l’Algérie est une responsabilité morale et politique des responsables politiques actuels. C’est une situation contraire au droit naturel et aux conventions multilatérales en vigueur, dont le traité de l’UMA. Le Maroc et l’Algérie sont confrontés à des problèmes communs. L’union de leurs forces est la vraie voie, celle de la sagesse et des intérêts supérieurs des deux pays.

 
Article précédent

Monde. La pandémie liée au coronavirus gagne du terrain

Article suivant

JO 2020. Abdelati El Guesse et Nabil Oussama éliminés en demi-finales du 800 m