Spécial Enseignement Supérieur Privé

Double diplomation : qu’est ce que ça vaut ?

De nombreux établissements privés marocains proposent un diplôme à double reconnaissance, à l’étranger et au Maroc.
 Que valent ces diplômes étrangers délivrés au Maroc ?


Au Maroc, de nombreux établissements d’enseignement supérieur privé proposent aujourd’hui une double diplomation aux étudiants. La grande majorité de ces écoles et universités privées proposent des diplômes de grandes écoles françaises, canadiennes, et même américaines et anglaises.
L’Université Internationale de Rabat (UIR), Mundiapolis (Casablanca), Mundiapolis (Agadir), ESCA (École de Management), l’Université Privée
 de Marrakech (UPM)… se sont adossés à des partenariats conclus avec de grandes écoles étrangères pour délivrer, en fin de cursus, un diplôme marocain et un diplôme étranger à leurs étudiants. Il s’agit donc de formations délocalisées (licence professionnelle, master…). Un concept de délocalisation des diplômes qui a séduit beaucoup de parents ces dernières années. Ces derniers préfèrent payer une scolarité très chère, afin de permettre à leurs enfants de décrocher ces diplômes des grandes écoles françaises, canadiennes et autres ici, plutôt que d’aller à l’étranger. Que valent ces diplômes étrangers délivrés au Maroc ?

Il faut rappeler d’abord que l’État marocain n’homologue pas ces diplômes étrangers. Cependant, sur le marché de l’emploi, c’est toujours un plus à faire valoir, surtout si l’établissement est accrédité par le ministère marocain. Reconnus ou pas, les recruteurs auraient tendance à opter pour un étudiant avec un diplôme obtenu d’une école à l’étranger qui aurait plus de chance d’être recruté que son collègue qui a eu ce même diplôme de la même école, mais délivré au Maroc. À l’heure de la mondialisation, un parcours international aurait plus de valeur dans le monde du travail. Pour faire face à cette réalité du marché de l’emploi, les écoles et universités privées au Maroc se mobilisent. Grâce à leurs partenariats avec de grandes écoles internationales, elles permettent à leurs étudiants de faire une partie des études ici, puis, d’aller poursuivre le reste (masters et autres) à l’étranger au sein même de ces écoles partenaires. Mais, l’essentiel à ce stade du parcours, c’est de bien choisir son
 école. « Si les diplômes étrangers sont parfois utiles et importants pour atteindre les standards internationaux en matière d’enseignement, les formations marocaines sont cruciales pour assurer la pertinence avec la société environnante et le marché de l’emploi national. La combinaison des deux
est donc importante »,
fait remarquer Amine Bensaid, président de l’Université Mundiapolis, à Casablanca.

 
Article précédent

Ynna Steel et l’espagnol Bascotechnia mettent fin à leur litige

Article suivant

Deux distinctions internationales pour La Congolaise de Banque