Patronat

Drame de Tanger : la CGEM travaille sur une task force

Le patronat se dit attristé par la nouvelle du décès de 29 personnes dans une usine informelle à Tanger. Au nom de tous ses membres, il présente ses sincères condoléances aux familles des victimes et à leurs proches.


Au-delà des conséquences néfastes sur l’économie, cette tragédie vient rappeler le danger quotidien que représente le secteur de l’informel sur la sécurité des marocains, souligne la Confédération. Elle ajoute que la majorité des unités informelles recourent à une main-d’œuvre non salariée, à travers des modalités de travail précaires, non-réglementées, non-déclarées et en dehors de tout cadre. De ce fait, les travailleurs informels se trouvent dans une situation de grande vulnérabilité.

Lire aussi | Les damnés sous-terre

Afin d’endiguer ce fléau, des mesures courageuses et pragmatiques, à l’instar de la généralisation de la couverture sociale demandée par S.M. le Roi Mohammed VI, doivent être prises dans le cadre d’une stratégie globale, ajoute le patronat.

Lire aussi | Attijariwafa bank consolide son positionnement dans la banque digitale

Il se dit disposé à consacrer une task force dédiée pour travailler main dans la main avec l’État sur ce sujet hautement important pour l’équilibre socio-économique de notre pays.

 
Article précédent

Maroc. Les damnés sous-terre

Article suivant

L’asiatique dzcard prend pied au Maroc