Santé

Du bon usage des antibiotiques

Environ 700.000 personnes meurent chaque année dans le monde d’infections résistantes aux médicaments. Le nombre de décès pourrait atteindre 10 millions en 2050, selon le Forum Economique mondial.


décès en 2050

Concrètement, la résistance aux antibiotiques fait peser une grave menace sur la santé mondiale. Elle peut toucher n’importe qui, à n’importe quel âge et dans n’importe quel pays. Ce phénomène pourtant naturel, est accéléré par le mauvais usage des antibiotiques chez l’homme et l’animal.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’une antibiorésistance survient lorsque les bactéries évoluent en réponse à l’usage de ces médicaments et deviennent résistantes aux antibiotiques.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la surutilisation comme l’usage à mauvais escient des médicaments antimicrobiens accélère l’apparition des micro-organismes existants. Leur usage à mauvais escient peut résulter de mauvaises habitudes de prescription, comme de les prescrire quand ils ne sont pas nécessaires, du choix incorrect du médicament ou d’une posologie erronée, de l’automédication dans les pays où les antimicrobiens sont en vente libre, du fait de ne pas les prendre pendant la durée prescrite ou de les prendre trop longtemps, du manque de réglementations et de normes pour les personnels soignants ; et de leur surutilisation ou d’un usage à mauvais escient dans l’élevage et l’agriculture.

Ainsi, le problème est d’autant plus flagrant dans les pays où les antibiotiques sont délivrés sans ordonnance, dans les pays dénués de guides thérapeutiques normalisés. Les antibiotiques font souvent l’objet d’une prescription excessive de la part des agents de santé et d’une utilisation abusive par la population. Il en résulte que le traitement de plusieurs infections même les plus courantes, comme la pneumonie, la tuberculose, la septicémie et la gonorrhée est devenu difficile.

Selon l’OMS, chacun peut prévenir les infections en se lavant régulièrement les mains, en suivant les règles d’une bonne hygiène alimentaire, mais aussi en ne prenant des antibiotiques que s’ils ont été prescrits par un professionnel de la santé dûment qualifié, ainsi qu’en suivant systématiquement jusqu’au bout le traitement prescrit. De plus, il ne faut jamais prendre des antibiotiques restants d’une prescription précédente ou partager des antibiotiques avec d’autres personnes.

 
Article précédent

Lancement de la 3e campagne nationale de lutte contre la Cybercriminalité

Article suivant

Les ambitions de la nouvelle Fédération royale marocaine de hockey sur glace