Matériels informatiques

Du rififi dans la filiale tunisienne de Disway

Après avoir été, il y a à peine quelques années, un véritable moteur de croissance pour le groupe Disway, la filiale tunisienne donne bien des soucis à sa maison mère depuis quelques mois. Et pour cause, son DG est soupçonné de malversations.


Les actionnaires de Disway Tunisie, menés par l’actionnaire marocain de référence, ont dû diligenter un audit suite à des soupçons de malversation qui pesaient sur le premier dirigeant opérationnel. Lequel audit a été suivi par la révocation du directeur général qui est resté aux commandes près de cinq ans.

Aussi, le management du groupe Disway qui a eu beaucoup de mal à faire relancer la performance commerciale sur le marché domestique et ce, après deux années consécutives de repli du chiffre d’affaires social, notamment à cause d’une morosité persistante des ventes d’ordinateurs, se retrouve confronté à un autre foyer de ralentissement provenant cette fois-ci de l’étranger.

D’ailleurs, à fin juin 2018 (soit avant le remplacement de l’ex-directeur général), les résultats du groupe Disway ont été fortement contrariés par la forte baisse, plus de 40% en l’occurrence, des ventes des filiales étrangères (dont Disway Tunisie représente l’entité la plus importante). Ce qui a abouti à une stagnation du chiffre d’affaires consolidé à 871 millions de dirhams, malgré une reprise louable de l’activité au Maroc.

Pour l’instant, rien ne filtre officiellement sur l’ampleur des « dégâts » dévoilés par l’audit, mais il semblerait que l’entité tunisienne contrôlée à 75% par Disway, s’achemine probablement vers sa première perte depuis 2013.

Les comptes consolidés 2018 du leader marocain de la distribution en gros de matériel informatique et télécom, nous diront davantage si la mésaventure tunisienne est partie pour durer ou si le feu a déjà été circonscrit.

Rappelons que Disway est né de la fusion de 2007 à 2010 de trois entités spécialisées dans la distribution du matériel et équipement IT, à savoir Distrisoft, Matel et PC Market. Le groupe coté en bourse réalise un chiffre d’affaires annuel de 1,7 milliard de DH pour un résultat net de 60 millions de dirhams.

 
Article précédent

HCP : hausse de 4,9% du PIB en 2017

Article suivant

Vie privée : la protection pénale renforcée