Immobilier

Eagle Hills met les bouchées doubles sur ses projets

Sur les 7 milliards de DH que mise l’entreprise sur la Marina Morocco, 30% ont déjà été investis. Le projet propose plusieurs composantes résidentielles et hôtelières de luxe. Selon M’Hammed El Merini, DG de Eagle Hills Maroc, l’entreprise nourrit de nombreuses ambitions dans plusieurs autres villes du Royaume.  par Roland Amoussou


Les projets de l’entreprise Eagle Hills Maroc au niveau de la Marina Rabat-Salé avancent bien. Il s’agit d’un ensemble de projets immobiliers que la société privée d’investissement et d’aménagement immobilier basée à Abu Dhabi est en train de développer, via sa filiale marocaine, sur la Marina de la capitale. Parmi ces projets, on note le Fairmont Hotel and Residences. Situé sur l’embouchure de la rivière Bouregreg, ce projet dont le lancement des travaux a été effectué le 2 juin est composé d’un hôtel de luxe et de résidences. D’une superficie totale de 42.000 m2, le complexe propose une offre résidentielle de 79 résidences signées Fairmont, allant d’une à trois chambres pour une superficie de 70 à 140 m2, avec un hôtel d’une capacité de 200 chambres. « Il s’agit d’un complexe hôtelier qui sera géré par le Fairmont. C’est la première fois que cette marque fait son entrée au Maroc. Ce projet est axé sur deux composantes majeures. Il y a l’hôtel et complexe résidentiel constitué de ce qu’on appelle des branded appartments. Ces appartements sont conçus selon les standards du Fairmont en termes d’architecture, d’agencement et de décoration», explique M’hammed El Merini, directeur général d’Eagle Hills Maroc. «Les acquéreurs de ces appartements, s’ils y habitent auront accès aux services de l’hôtel. Et s’ils achètent en tant que placement financier, ils peuvent les mettre dans le pool de réservation de l’hôtel, qui se chargera de les louer comme des chambres d’hôtel, avec un rendement financier intéressant», poursuit le patron. Pour ce projet Eagle Hills a misé 1 milliard de DH. La livraison devrait intervenir courant 2019. Hormis ce complexe hôtelier et résidentiel signé Fairmont, l’entreprise met les bouchées doubles sur le reste de ses projets au niveau de la Marina.

De nouvelles ambitions
Pour l’essentiel, il s’agit de complexes résidentiels dotés de commerces et d’espèces d’animation pour offrir un cadre de vie agréable aux futurs acquéreurs. «Dans nos projets, nous ne visons pas l’extravagance. Nous sommes dans la simplicité, mais avec un très bonne finition et des matériaux de très bon choix », assure M’hammed El Merini. Les appartements disponibles aujourd’hui démarrent à 900.000 DH pour 45 m2. Eagle Hills a commencé la livraison de certains de ses projets sur la Marina il y a deux ans. D’autres livraisons sont prévues dans les mois à venir. La filiale marocaine de la société d’investissement d’Abu Dhabi va développer ses projets à Rabat jusqu’en 2022. Eagle Hills Maroc, qui a en charge le développement de la Marina Morocco, propose un aménagement polyvalent constitué de complexes résidentiels, d’hôtels de luxe, d’aires de loisirs, de magasins et de galeries d’art. La première phase du projet intègre trois quartiers, la Marina Plaza, le Front Fluvial et la Cité des Arts. Notons que chaque quartier abrite des zones commerciales et résidentielles conçues pour répondre aux exigences des futurs habitants. En ce qui concerne la Marina Plaza, on note des appartements de luxe dans des immeubles bas, des magasins prestigieux et des aménagements de loisirs. Le Front Fluvial est composé d’appartements entourés d’espaces verts luxueux, et la Cité des arts comprend des appartements de luxe avec une à trois chambres dont la surface varie entre 45 à 330 m2. Eagle Hills mise une enveloppe globale de 7 milliards de DH, dont 30% ont déjà été investis. «Nous sommes sur plusieurs autres projets concrets qui verront le jour bientôt. Nous avons beaucoup d’ambitions, et nous allons faire des annonces au cours de cette année», conclut M’hammed El Merini. n

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Attijariwafa bank drague les petits patrons

Article suivant

Le médiateur a du pain sur la planche