Education

Ecole Française Internationale : le compte à rebours

Située dans le centre urbain Casa Anfa, l’Ecole Française Internationale (EFI) ouvre ses portes lors de la prochaine rentrée scolaire de septembre 2017 pour les classes de maternelle et d’élémentaire (petite section au CM2). L’inscription pour les classes de collège est prévue pour 2018, le lycée pour 2021. L’ouverture des inscriptions est effective depuis le mercredi 15 février 2017.


L’EFI  se positionne comme un établissement scolaire français fortement ouvert sur l’international. Elle propose, en plus du programme d’enseignement français, du trilinguisme dès la petite section, de programmes pédagogiques favorisant l’ouverture internationale et les échanges interculturels et de certifications internationales qui permettront à ses élèves d’étudier et de réussir dans le monde entier (Cambridge, TOEFL, IELTS, SAT).

L’Ecole a été adjudicataire de l’appel d’offres lancé par l’Agence d’Urbanisation et de Développement d’Anfa (AUDA) et Casablanca Finance City (CFC) pour l’acquisition du foncier, le développement et la gestion d’un établissement scolaire allant de la maternelle au baccalauréat.

Le campus de l’EFI est constitué de 3 bâtiments avec des espaces distincts pour la maternelle, le primaire, le collège et le lycée sur plus de 12.500 m2. La capacité totale d’accueil de l’établissement est de 1950 élèves (5 classes par niveau). Plusieurs équipements sont prévus dont l’amphithéâtre, 2 bibliothèques, 5 laboratoires de sciences ainsi que de nombreuses installations sportives.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Entrepreneur « pionnier », motard

Article suivant

L’e-recrutement en première place