EconomieFlash-eco

Economie : le HCP prévoit une progression de 2,9%

L’économie marocaine devrait enregistrer un taux de croissance de 2,9% en 2019 contre 3% l’année précédente, a annoncé, mercredi à Casablanca, le Haut-commissaire au Plan (HCP), Ahmed Lahlimi Alami.


La situation économique mondiale devrait être marquée, en 2019, par un ralentissement de la croissance, de l’investissement et de la demande avec une instabilité des marchés des capitaux et une volatilité des prix des matières premières notamment du pétrole qui devrait connaître une tendance à la baisse sous l’effet des hausses anticipées de la production aux USA et des incertitudes sur la capacité des membres de l’OPEP à s’entendre sur une réduction conséquente de leur production, a fait observer Lahlimi lors d’une conférence de presse pour la présentation de la situation socio-économique nationale en 2018 et ses perspectives pour 2019.

L’année 2018 a été marquée par une bonne campagne agricole grâce à une pluviométrie bien répartie sur les plans temps et espace et a connu une progression « assez modeste » des productions non agricoles.

Cependant, l’actuelle campagne a démarré dans des conditions atmosphériques particulières en raison d’un début de campagne très pluvieux. Mais, cette pluviométrie généreuse a subi le contrecoup d’un déficit généralisé combiné d’une hausse sensible de l’amplitude thermique en décembre, a relevé Lahlimi.

Dans ces conditions, le HCP retient dans le cadre du budget économique prévisionnel 2019 l’hypothèse du retour probable d’une pluviométrie hivernale conforme à la saison normale. Et tenant compte de la poursuite de la dynamique de croissance des cultures irriguées et du redressement de l’avicole, le repli de l’activité agricole se limiterait à -0,4% seulement en 2019.

Les activités non agricoles vont continuer au même rythme « assez modeste » et l’inflation va se réduire à 1,2% contre 1,7% en 2018, a annoncé le Haut-commissaire au Plan.

D’une façon générale, la croissance du PIB, qui sera de 2,9%, sera portée par la demande intérieure avec, cependant, un rythme en léger retrait par rapport à 2018. De ce fait, la croissance de la demande intérieure passerait à 3,4% en 2019 contre 3,9% l’exercice antérieur, sous l’effet d’une légère hausse de la formation de capital fixe (3,2% contre 2,9% en 2018) et d’une faible croissance de la consommation finale des ménages à 3,5% (3,4% en 2018). En revanche, la consommation publique afficherait un accroissement de 2,9% l’année en cours après 2,2% en 2018.

La contribution de la demande extérieure à la croissance du PIB resterait, cependant, négative passant d’un point en 2018 à -0,8% en 2019 en raison de la persistance de l’écart entre le rythme de croissance des importations, qui devraient croître de 6,4% (6,1% en 2018), et celui des exportations, qui progresserait en volume de 5,9% au lieu de 4,9 %en 2018, a expliqué Lahlimi.

En outre, l’effort d’investissement ralentirait passant de 32,4% du PIB en 2018 à 32% l’année en cours, alors que l’épargne nationale se situerait à 27,7% du PIB en 2019 contre 28% en 2018. En conséquence, les besoins de financement de l’économie vont devenir plus grands passant à 4,5% du PIB en 2019 contre 4,7% en 2018 que le pays doit couvrir par le recours à l’endettement.

L’endettement public global de l’économie devra s’accentuer pour se situer à 82,5% contre 82,2% en 2018, a-t-il indiqué.

« L’endettement est en train de s’alourdir et il faut essayer d’accroître l’épargne nationale par un bon soutien et une bonne répartition des revenus des ménages, un soutien des activités des PME, une mobilisation aussi bien du capital marocain, de l’Administration, des consommateurs, de la société civile et des entreprises chacun dans son domaine, y compris celui de mener de mener campagne afin que les marocains consomment plus les produits made in Morocco et que les entreprises investissent plus dans les secteurs productifs pour valoriser tout l’effort d’investissement fait dans les infrastructures et qui donne au Maroc une attractivité importante de par leurs qualités », a soutenu Lahlimi.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

L'ONCF met en place un service "Spécial Vacances"

Article suivant

Mezouar : qui sonne la charge ?