AutoAutomobile

Écosystèmes industriels : La nouvelle vie de la filière « moteurs et transmissions »

En industrie, les écosystèmes se suivent et ne se ressemblent pas. le dernier en date, vient d’être acté hier ce mardi 23 février à Rabat et concerne cette fois-ci les « moteurs et transmissions ». Signé entre le ministre de l’Industrie et du Commerce, de l’Economie et des Finances et l’Association Marocaine pour l’Industrie et le Commerce de l’Automobile (AMICA), ce contrat de performance a pour ambition de contribuer, à terme, à créer 10.000 nouveaux emplois industriels directs à forte valeur ajoutée, générer un chiffre d’affaires additionnel de plus de 6,5 milliards de DH et un investissement total de près de 6,5 milliards de DH.


L’écosystème « moteurs et transmission », qui vise également à augmenter le taux d’intégration de la filière « Powertrain Automobile » de 25 points via le développement du sourcing local, concerne les métiers de la fonderie fonte, la fonderie aluminium, l’injection d’aluminium sous pression, l’affinage d’aluminium et l’usinage moteur. Son déploiement favorisera un développement plus accéléré de la filière, à travers l’émergence de métiers pionniers, l’intégration de la filière et l’attraction de nouveaux investissements. « Ce nouvel écosystème permettra de contribuer à la réalisation de l’objectif d’atteindre un taux d’intégration de 80 %, et de compléter la chaine de valeur automobile à travers l’émergence de nouveaux métiers, à forte valeur ajoutée et la fabrication de nouvelles pièces (châssis et transmission, moteur et boite de vitesse), ainsi que le développement de nouvelles technologies (Aluminium par coulée ou injection sous pression, fonte depuis chutes de ferraille) », précise Moulay Hafid El Alamy, ministre de l’Industrie et du Commerce.

Pour accompagner le développement de cette filière, un soutien adapté sera porté aux entreprises, à travers l’appui à l’investissement via le Fonds de Développement Industriel et d’Investissements (FDII), pouvant atteindre jusqu’à 30 % du montant global d’investissement, un accès plus aisé au foncier (15 ha de foncier locatif destinés à la filière) et l’appui à la compétitivité des TPME et auto-entrepreneurs. L’accompagnement comprendra également sur la mise en place d’un plan de formation intégré et adapté aux besoins du secteur, un soutien financier aux laboratoires moteur et un appui au déploiement du statut autoentrepreneur dans la collecte de ferraille.

 
Article précédent

Prix Elan, proposez vos solutions climat

Article suivant

Faysal El Hajjami, DG de DHL Maghreb