Energies durables

Efficacité énergétique : le Maroc renforce son arsenal législatif et réglementaire

Le royaume renforce l’attractivité de son cadre législatif et réglementaire en matière d’efficacité énergétique.  Les détails.


Selon le ministre de l’Énergie, des mines et de l’environnement, Aziz Rabbah, une série d’initiatives est entreprise pour encadrer la dynamique du secteur. Ainsi, plusieurs textes réglementaires sont dans un état très avancé d’adoption, notamment le projet de décret relatif aux entreprises de services énergétiques, le projet de décret relatif aux performances énergétiques minimales et à l’étiquetage énergétique des appareils et équipements fonctionnant à l’énergie. Il y a aussi le projet de décret relatif à l’étude d’impact énergétique de même que le projet de décret fixant les administrations, les établissements publics et les collectivité territoriales tenus de rationaliser la consommation de l’énergie de leurs services.

Lire aussi| L’américain DFC va investir 5 milliards de dollars au Maroc et dans la région

Force est de noter l’entrée en vigueur du décret n° 2-17-746 relatif à l’audit énergétique obligatoire et aux organismes d’audit énergétique en novembre 2019, qui a institué l’audit énergétique obligatoire et périodique. L’objectif de ce décret est de rationaliser l’utilisation d’énergie dans les entreprises et établissements grands consommateurs d’énergie dans les secteurs clés de l’économie nationale, notamment dans les entreprises industrielles, les sociétés et les établissements de production d’énergie, de transport et de distribution d’énergie, et le secteur tertiaire, dont le tourisme, la santé, l’éducation et l’enseignement.

Lire aussi| LGV Kenitra-Marrakech : une enveloppe budgétaire de 40 milliards de DH pour la réalisation

« Ce décret permettra le développement d’une base de données actualisée des différentes consommations énergétiques, l’évaluation des économies d’énergie ainsi que la création d’un marché actif et prometteur de l’efficacité énergétique, notamment celui des organismes d’audit énergétiques. Huit organismes sont déjà agrées par le ministère dans le cadre d’un processus transparent et équitable, ce qui permettrait de créer des emplois supplémentaires et de développer un marché des équipements performants des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique », a précisé le ministre lors d’un récent webinaire.

 
Article précédent

L’ex-fleuron agricole Soprofel en redressement judiciaire

Article suivant

Maroc-Israël : les liaisons aériennes régulières vont s'établir prochainement