Sahara

El Guerguerate : les FAR reprennent les choses en main

Face aux provocations graves et inacceptables auxquels se sont adonnées les milices du « polisario » dans la zone tampon de Guergarate au Sahara marocain, « Le Maroc a décidé d’agir, dans le respect de ses attributions, en vertu de ses devoirs et en parfaite conformité avec la légalité internationale », a indiqué vendredi le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération et des Marocains résidant à l’étranger, dans un communiqué cité par la MAP.


Après s’être astreint à la plus grande retenue, face aux provocations des milices du « polisario », « le Royaume du Maroc n’a eu d’autre choix que d’assumer ses responsabilités afin de mettre un terme à la situation de blocage générée par ces agissements et restaurer la libre circulation civile et commerciale », a souligné le ministère dans un communiqué.

Le « polisario » et ses milices, qui se sont introduits dans la zone depuis le 21 octobre 2020, y ont mené des actes de banditisme, bloqué la circulation des personnes et des biens sur cet axe routier, et harcelé continuellement les Observateurs militaires de la Minurso, rappelle le ministère, relevant que ces agissements documentés, constituent de véritables actes prémédités de déstabilisation, qui altèrent le statut de la zone, violent les accords militaires et représentent une menace réelle à la pérennité du cessez-le-feu.

Lire aussi | Electronique : la contrebande entretenue par certaines marques elles-mêmes ?

En effet, depuis plusieurs semaines, environ 200 routiers sont bloqués à ce poste-frontière. Ce qui récemment a amené la Mauritanie qui souffre de pénuries de produits importés du Maroc à lever la voix pour trouver des solutions. Cette opération des FAR a visé la mise en place d’un cordon de sécurité en vue de sécuriser le flux des biens et des personnes à travers cet axe. Le passage frontalier d’El Guerguarat a été libéré dans la nuit de jeudi à vendredi, ont informé dans un communiqué les Forces armées royales (FAR). « Aucun coup de feu n’a été tiré lors de l’opération et le Maroc a agi dans le pur respect de l’accord militaire n°1. Ce dernier régit les mouvements militaires au Sahara », rapporte Le360, citant des sources. “Cette opération non offensive et sans aucune intention belliqueuse se déroule selon des règles d’engagement claires, prescrivant d’éviter tout contact avec des personnes civiles et de ne recourir à l’usage des armes qu’en cas de légitime défense”, avait averti le communiqué des FAR, rapporté par le confrère. Selon un haut responsable des Affaires étrangères joints par l’AFP, des hommes du génie civil de l’armée marocaine ont été déployés à une dizaine de kilomètres du poste-frontière pour « colmater une brèche » dans le mur qui sépare les deux camps dans l’immense territoire désertique, de façon à « rendre impossible l’accès à la zone ».

Lire aussi | Tourisme médical : l’IMIS préconise la création d’un office de tourisme médical

Pour rappel, le Polisario avait menacé lundi de mettre fin à l’accord de cessez-le-feu avec Rabat si le Maroc « introduit » des troupes ou des civils dans la zone tampon de Guerguerat. La Mauritanie quant à elle victime de cette situation de blocage avait annoncé mercredi que l’armée mauritanienne avait renforcé ses positions à la frontière avec le Sahara « pour parer à toute éventualité ».

 
Article précédent

Suivez le LIVE de l’émission « Ach Waq3 » de MFM Radio

Article suivant

Vitamine C et zinc : une demande totalement supérieure à l’offre