Il fait l'actu

El Otmani souligne à Paris l’excellence des relations entre le Maroc et la France

Pour le Chef du gouvernement, le partenariat d’exception entre le Maroc et la France est porté par les deux Chefs d’Etat qui ne cessent d’affirmer leur volonté commune de le hisser à un niveau d’excellence.


Les relations entre le Maroc et la France sont excellentes et empreintes d’amitié, de coopération et de respect mutuel, a affirmé, jeudi à Paris, le Chef du gouvernement, Saâdeddine El Otmani, qui a souligné la convergence de vues entre les deux pays sur plusieurs questions d’intérêt commun.

Le Chef du gouvernement, qui co-présidait avec le Premier ministre français Edouard Philippe la 14ème Rencontre de haut niveau (RHN), a relevé dans une allocution lors de la séance plénière que les relations entre le Royaume du Maroc et la République française « reposent sur des dimensions historiques, culturelles, et humaines » dont « nous nous devons d’en préserver le caractère singulier et exceptionnel et de continuer à le consolider ».

Pour Saâdeddine El Otmani, cette nouvelle session de la RHN est « une occasion pour affirmer, encore une fois, la nature singulière de l’amitié indéfectible et du respect mutuel qui a toujours entouré et marqué les relations bilatérales entre les deux pays », mettant en avant la « convergence de vues entre le Royaume du Maroc et de la République française, à l’égard de plusieurs questions d’intérêt commun, qui renforce le socle de ce partenariat privilégié qui gagne en profondeur, en intensité et densité à même d’en faire une référence à l’échelle régionale ».

Le partenariat d’exception entre le Maroc et la France est porté par les deux Chefs d’Etat qui ne cessent d’affirmer leur volonté commune de le hisser à un niveau d’excellence et de continuer à en faire la référence à l’échelle euro-africaine et euro-méditerranéenne, a ajouté le Chef du gouvernement.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui

Article suivant

Agadir : la décharge de Tamelast dans le flou