Automobile

Elalamy : le Maroc atteindra avec PSA 85% de taux d’intégration

Le ministre de l’Industrie et du Commerce Moulay Hafid Elalamy s’est dit très satisfait de l’écosystème PSA. Le ministre, qui s’exprimait, ce mercredi à Rabat, lors de la présentation du bilan 2014-2018 de Maroc PME, a précisé que le Maroc peut réaliser aujourd’hui plus de 60% de taux d’intégration.


Moulay Hafid Elalamy a signalé que les résultats de l’écosystème PSA sont supérieurs aux objectifs fixés dans le programme signé avec le constructeur français. Dans les détail, le programme table sur 100.000 véhicules/100.000 moteurs dans une première étape, et 200.000 véhicules/200.000 moteurs dans une deuxième étape, et un achat à terme de 1 milliard d’euros de pièces détachés par an au Maroc.

« Aujourd’hui, nous sommes bien au-delà de ces objectifs : nous avons atteint les 100.000 véhicules, le lancement est prêt pour la deuxième tranche. Pour les ingénieurs, nous sommes à 1.800 sur les 1.500 prévus en 2023 et on a dépassé l’année dernière 600 millions d’euros sur les le 1 milliard escompté. Pour le taux d’intégration, on atteindra 85% avec PSA, avec en prime 20% de taux d’intégration du moteur fabriqué à l’usine à Kénitra. Face à ces résultats on ne peut qu’être très satisfaits de la relation avec PSA« , a indiqué le ministre.

Pour Elalamy, le secteur automobile marocain a atteint aujourd’hui un haut niveau d’autonomie. « Le royaume dispose de plus de 200 équipementiers et le secteur de l’automobile est le 1er exportateur au Maroc ; l’année dernière, on a exporté l’équivalent de 65 milliards de DH », tient-il à rappeler.

Pour ce qui du retard accusé en matière de mise en place au Maroc d’un écosystème de transport électrique au Maroc, notamment avec le constructeur chinois BYD, Elalamy a expliqué qu' »il s’agit d’une question de marché. On a pris du temps parce qu’il y a des normes à mettre en place et pour que ça marche, il faut qu’il y est un marché assez important au Maroc et ailleurs, notamment en Europe. Le projet avec BYD avance, mais je ne peux pas dire plus. On verra ça bientôt sur le terrain ».

Rappelons qu’un protocole d’accord entre l’État marocain et le groupe chinois BYD a été signé, le 9 décembre 2017 à Casablanca. Objectif : la réalisation d’un écosystème qui porte sur les solutions de transport électrique de BYD (véhicules électriques de tourisme, bus et camions électriques), le Skyrail et les batteries.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Il fait l'actu : Mohamed Chemaou, nouveau DG de BMCI Leasing

Article suivant

L’agent des sûretés intègre le paysage financier marocain