Politique

Élections 2021 au Maroc. Participation massive à Dakhla [Observateur étranger]

En observateur indépendant à Dakhla, le politologue franco-suisse Jean Marie Heydt souligne une participation massive et une adhésion sans précédent de la population au scrutin.


Le président d’honneur de la Conférence des Organisations internationales non gouvernementales du Conseil de l’Europe a affirmé que déjà à midi, la participation de la population de cette ville du sud du Royaume a été très importante, illustrant son enthousiasme à prendre part massivement à ces échéances décisives pour le Maroc.

«Lorsque l’on interroge les électeurs potentiels croisés dans les rues à Dakhla, il est clairement répondu que l’enjeu parlementaire reste perçu comme le plus important. Cependant, l’on perçoit que la réalité régionale devient progressivement une entité de proximité laquelle suscite de plus en plus d’intérêt dans cette région», a-t-il souligné.

Lire aussi | Élections 2021 au Maroc. Un taux de participation de 36% à 17H00

Pour l’auteur de l’ouvrage « Mohammed VI, la vision d’un Roi : actions et ambitions », «ces élections représentent bien plus que le renouvellement des équipes des exécutifs, c’est l’opportunité d’une gouvernance renouvelée dans un contexte de démocratisation adaptée selon la vision de SM le Roi Mohammed VI».

Jean Marie Heydt a également relevé que la diversité des listes et des candidats en présence et l’arrivée de plus de deux millions de nouveaux électeurs donnent à ces trois scrutins (législatif, communal et régional) une ouverture potentielle et des perspectives nouvelles pour les cinq prochaines années.

Selon lui, le mode de scrutin à la proportionnelle offre la possibilité d’une représentation plus diversifiée, précisant que selon la majorité qui en découlera, le futur gouvernement sera chargé de mettre en œuvre les réformes nécessaires et attendues, notamment celles déjà clairement exprimées dans les orientations du Souverain.

Lire aussi | Saâd Eddine El Otmani : «Les premiers indices laissent prévoir un taux de participation important»

Le professeur Heydt a souligné dans ce contexte que tout le monde s’accorde à dire que le Maroc dispose de très nombreux atouts pour son avenir vers la modernité et que le pays est devenu l’élément central d’une Afrique en croissance et un interlocuteur et un partenaire reconnu mondialement.

 
Article précédent

Élections 2021 au Maroc. Un taux de participation de 36% à 17H00

Article suivant

Élections 2021 au Maroc. Marrakech : aucune plainte n'a été enregistrée