Politique

Elections 2021 au Maroc. Quels Scénarii pour la prochaine majorité

Après le verdict des urnes, les tractations entre émissaires ont commencé le lendemain du mercredi 8 septembre. Vendredi dans la soirée, S.M. Le Roi nomme Aziz Akhannouch, nouveau chef de gouvernement. Quels sont alors les scenarii pour la prochaine majorité ?


Avec l’accélération du processus de régionalisation, les structures représentatives, au niveau régional, vont certainement gagner en importance. Au niveau national, le Nouveau modèle de développement (NMD) a fait l’objet d’une quasi-unanimité, du moins dans ses grandes lignes. Déjà, des chantiers stratégiques ont été entamés. C’est notamment le cas de la généralisation de la protection sociale.

Cette réalité va incontestablement faciliter les alliances, et la constitution d’une coalition gouvernementale large autour d’un programme politique commun déclinant les priorités bien connues que sont notamment : la croissance/investissement, l’emploi, l’éducation et la santé. Le style et le rythme seront certainement différents d’une formation politique à une autre. Mais les objectifs sont quasi-identiques.

Lire aussi | Elections 2021 au Maroc. S.M. le Roi nomme Aziz Akhannouch Chef de gouvernement

Les Marocains sont aujourd’hui soucieux surtout de réalisations et de résultats concrets. Les attentes sociales sont fortes, très fortes, et urgentes. Le temps sera certainement l’ennemi commun principal. Ainsi, sûrement, RNI et PAM travailleront ensemble. Se joindront à eux facilement le Mouvement Populaire et l’Union Constitutionnelle.

Le «bloc historique», constitué de l’Istiqlal, de l’USFP et du PPS, sera certainement plus exigeant et pourra conditionner sa participation sur la base d’objectifs bien identifiés, avec une responsabilisation politique bien définie pour aller vers une convergence/cohérence efficace et globale.

Lire aussi | Législatives 2021. les dessous de la nouvelle carte politique

Au « fond de la classe », le PJD fera certainement du bruit et tentera de perturber, au lieu de jouer le véritable rôle critique et constructif de l’opposition minoritaire. Mais les rails ont été posés. Les orientations sont bien connues. Le passage à l’action politique responsable pourra changer réellement le Maroc, au cours des prochaines années, et le hisser vers le haut, comme l’espèrent et le méritent l’ensemble des Marocains, femmes et hommes.

 
Article précédent

Ces chantiers qui attendent le prochain gouvernement

Article suivant

Maroc. Le vaccin de Pfizer-BioNTech prochainement administré aux adultes