Politique

Elections 2021. Le Maroc grand vainqueur

Les pouvoirs publics se sont lancés un vrai défi en organisant le triple scrutin du 8 septembre. Certains observateurs craignaient que la crainte du Covid n’impacte la participation. C’est l’inverse qui s’est produit, le taux de participation a augmenté de manière significative. Dans les régions du Sud, les Sahraouis se sont déplacés massivement, ridiculisant les assertions algériennes et confirmant leur attachement au Maroc.


Le Maroc est aussi vainqueur, parce que sa démarche vis-à-vis de l’Islam politique est plébiscitée. Le PJD a dirigé pendant dix ans. Il est arrivé par les bulletins de vote, il part, rabougri, par le vote des Marocains. C’est une leçon pour les pays de la région, qui ont préféré l’affrontement à la démocratie. Les Islamistes Marocains vont devoir faire l’autocritique de leur expérience. Ce n’est pas la fin du monde, d’autres partis ont connu pareille mésaventure et se sont relevés.

Lire aussi | Élections 2021 au Maroc. La presse internationale souligne la déroute du PJD aux législatives

Le Maroc est vainqueur, parce que les femmes et les jeunes sont présents en nombre parmi les élus et que ces forces vives vont irriguer la démocratie marocaine et renforcer la construction. Maintenant, les choses les plus compliquées sont sur la table. La nouvelle coalition doit nous proposer un gouvernement cohérent, qui dépasse les enjeux partisans et s’attache à un programme gouvernemental qui répond aux besoins du pays. Il faut arrêter les chicayas. Les élections ont été sincères et transparentes. Le peuple a voté pour des programmes et des promesses, c’est aux politiques d’assumer leur rôle, s’ils ne veulent pas subir le sort des Islamistes dans cinq ans.

Lire aussi | Un modèle de développement sans réflexion stratégique, est voué à l’échec. Handicaps et paradoxes économiques du Maroc [Par Anas Abdoun]

Le Maroc est vainqueur parce qu’une alternance est sortie des urnes en toute quiétude citoyenne. Les institutions représentatives gagnent en crédibilité. C’est maintenant aux élus de faire honneur à leur mandat.

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc. 2668 nouveaux cas, 899.581 au total, vendredi 10 septembre 2021 à 16 heures

Article suivant

Élections 2021 au Maroc. Communales : Rachid El Fayek place le RNI en pôle position à Fès