Blog de Jamal Berraoui

Elle avait quinze ans par ( Jamal Berraoui )

Le suicide d’un adolescent est incompréhensible, pour les siens mais aussi pour tout le monde. Nous venons d’avoir un drame qui nous interpelle tous. Une jeune fille s’est suicidée parce qu’elle ne pouvait plus supporter les blagues de potaches de ses collègues.


C’est une histoire dramatique. D’abord, on a fait dégager son père d’un espace qu’il occupait, offrant une alimentation basique. Ensuite, ce même père a refusé un appartement, en en réclamant deux et a préféré entrer dans une confrontation avec les autorités, pour avoir deux appartements.

La jeune adolescente n’avait aucune aspiration pécuniaire. Tout ce qu’elle voulait c’est qu’on la respecte, qu’on lui ouvre des perspectives. Tous les pédopsychiatres mettent en alerte contre la puissance destructive des enfants et des adolescents. Ils sont mortels.

Mais, depuis que j’ai eu connaissance de cette histoire, je ne dors plus. J’ai eu, j’ai des amis issus des bidonvilles, certains sont de grands dirigeants. Jamais je n’ai pensé que la haine sociale, au Maroc en arriverait à ces extrémités-là.

J’ai grandi à Safi, il n’y avait aucune différence entre les riches et les pauvres, dès que nous étions hors de nos maisons. Nous avions les mêmes occupations, les mêmes loisirs. Nous étions surtout habillés de la même manière à l’école.

Une jeune fille, une enfant a mis fin à sa vie parce que ses parents étaient trop pauvres. Si cela ne vous procure aucun malaise, ne me lisez plus, on n’est pas du même monde.

Je ne cède à aucun populisme, à aucune revendication du genre les riches contre les pauvres. Mais je sais que l’on ne construit pas une nation sur les haines, la désespérance.

Le seul combat qui vaille c’est celui qui consiste à développer le pays, tout en protégeant ceux qui sont dans la précarité. Ce n’est ni simple, ni vertueux au sens sémantique du terme. C’est juste la seule possibilité pour éviter à notre pays l’éclatement. Un être humain s’est donné la mort à quinze ans en refusant sa situation sociale. Moi, cela m’empêche de dormir et vous ?

 
Article précédent

Nouveau DG chez Zurich assurances Maroc

Article suivant

Note de conjoncture de Mai 2014 : Perspectives favorables de la croissance économique nationale