Activités royales

Engrais : Inauguration royale de l’usine dédiée à l’Afrique

Le Roi Mohammed VI vient d’inaugurer ce lundi, au complexe industriel de Jorf Lasfar, une usine de production d’engrais dédiée entièrement à l’Afrique (Africa Fertilizer Complex), et a également procédé au lancement de la première phase du projet d’une usine de dessalement d’eau de mer. Le tout pour un investissement global de plus de 6,1 milliards de DH.


Produire un million de tonnes/an d’engrais, totalement dédiées aux pays d’Afrique

Initié par le groupe Office chérifien des phosphates (OCP), Africa fertilizer Complex vise à accompagner la croissance des marchés africains à travers leur approvisionnement, continu et régulier, en engrais (DAP/MAP/NPK). La nouvelle usine, qui a nécessité un budget de l’ordre de 5,3 milliards de DH, est composée d’une unité d’acide sulfurique (1,4 million tonnes/an), d’une unité d’acide phosphorique (450.000 tonnes/an), d’une unité d’engrais (1 million tonnes équivalent DAP/an), d’une centrale thermoélectrique d’une puissance de 62 MW, et de différentes infrastructures de stockage pouvant accueillir 200.000 tonnes d’engrais, soit plus de deux mois d’autonomie. Africa fertilizer Complex, qui a généré 1,35 million jours/hommes de travail pendant la phase de construction (86 % nationaux), permet la création de 380 emplois durant la phase d’exploitation. 

Ce méga-projet privilégie l’innovation technologique et environnementale au niveau de la production sulfurique par un gain d’énergie électrique de 10 MW et une réduction de la consommation d’eau de mer. De même, les rejets de dioxyde de soufre (SO2) ont été réduits de trois fois par rapport aux normes internationales. Les innovations déployées dans l’usine d’acide phosphorique sont illustrées par des technologies de récupération du fluor, et d’élimination des rejets liquides. Au niveau des engrais (DAP), des systèmes de lavage des gaz sont mis en place permettant une réutilisation de l’eau chaude du dernier lavage et ainsi une économie d’eau d’environ 50.000 m3/an. Les eaux usées seront par ailleurs traitées pour une éventuelle revalorisation.

Traitement de l’eau de mer : Une capacité de 25 millions de m3/an dans un premier temps

Faisant partie intégrante de la stratégie « Eau » du groupe OCP, l’usine de dessalement de l’eau de mer vise, pour sa part, à couvrir les besoins additionnels créés par le développement de l’Axe Khouribga-Jorf Lasfar (doublement capacités mines, triplement capacités de la valorisation chimique), sans aucune demande supplémentaire en eaux conventionnelles. Avec une capacité de 25 millions de m3/an (75.800 m3/ jour), la première phase du projet d’usine dessalement d’eau de mer, qui a nécessité des investissements de l’ordre de 800 millions DH, est composée d’une unité de pompage d’eau de mer d’un débit de 7.700 m3/h, une unité de prétraitement d’eau de mer permettant d’éliminer les matières en suspensions, les huiles et graisses ainsi que les matières colloïdales et une unité d’ultrafiltration pour éliminer les particules ultrafines (inférieures à 0,03 micromètre).

Cette première phase comprend également une unité d’osmose inverse qui assure l’élimination des chlorures à travers une hyper-filtration et une unité de post-traitement permettant de rendre l’eau potable. Elle a généré au cours de la période de construction 400.000 jour/homme de travail (93 pc nationaux), comme elle permettra la création de 100 emplois permanents lors de la phase d’exploitation. L’usine de dessalement de Jorf Lasfar, qui sera réalisée en trois phases, atteindra à terme une production de 75 millions de m3/an. 

 
Article précédent

Marché de l’emploi : Statu quo au cours du premier trimestre 2016

Article suivant

Hassan Baraka a réussi son challenge haut la main !