Industrie

Enième vente aux enchères des actifs de General Tire Maroc

L’affaire General Tire Maroc (GTM) revient sur le devant de la scène juridique en ce début 2017. En effet, le feuilleton de la liquidation judiciaire de cet ex-fleuron de l’industrie marocaine connait un énième épisode de ventes aux enchères qui se sont déroulées cette semaine au tribunal de commerce de Casablanca sur ordonnance du Juge Commissaire en charge de ce dossier. La nouvelle tentative de vente des actifs de GTM a porté aussi bien sur le mobilier et les équipements pour une mise à prix globale de 54 millions de DH, que sur ses actifs immobiliers à Casablanca composés de plusieurs titres fonciers dont celui qui abritait l’unité de production de pneus sous marque General Tire et qui employait à son apogée plus de cinq cent personnes. Ce fleuron foncier qui suscite encore l’espoir des créanciers (notamment les plus privilégiés sur l’ordre chirographaire, à savoir les salariés) est, pour sa part, estimé par l’expertise judiciaire à 286 millions de DH.


Pour l’instant, rien ne filtre quant à l’issue de cette vente judiciaire, mais l’ensemble des parties prenantes espèrent bien tourner une fois pour toutes cette page sombre du traitement collectif des difficultés d’entreprises au Maroc et qui dure depuis décembre 2000 qui marque l’arrêt d’activité de GTM ! Il faut dire que toutes les tentatives de réaliser l’actif de cette ex-filiale de l’allemand Continental (qui en avait pris les rênes en 1989) depuis la mise en liquidation judiciaire en 2002 (dans la foulée d’un redressement judiciaire aussi court qu’infructueux) n’ont mené nulle part. A telle enseigne, que certaines voix se sont empressées de qualifier ce dossier de maudit ! Il est vrai que les terrains mis en vente jouissent d’une situation idéale, notamment celui situé en face de l’usine défunte (puisqu’en bordure de la route côtière allant de Ain Sebaâ vers Mohammedia) et convenant parfaitement à tout type de projets, notamment immobilier. Affaire à suivre.

 
Article précédent

Visite royale : ce qu’il faut savoir sur la Guinée

Article suivant

Le secteur de la construction tiendra son premier salon en avril prochain