Pandémie

Entreprises : le « name and shame » des autorités pour faire respecter les mesures sanitaires

Les équipes du ministère de l’Intérieur ont récemment procédé à l’émission de 514 décisions de fermeture d’unités industrielles et commerciales dans 34 préfectures et provinces, et ce pour non-respect des mesures sanitaires en vigueur. Le ministère a d’ailleurs publié le nom des entreprises concernées.


Alors que le déconfinement a commencé il y a quelques semaines, des relâchements en ce qui concerne le respect des mesures préventives sont déjà monnaie courante notamment au sein de certaines. Après un communiqué d’avertissement de la part des autorités compétentes, le ministère de l’Intérieur a commencé à sévir désormais ! Ainsi, sur la base des opérations de contrôle réalisées par les commissions compétentes, on apprend que les équipes du département d’Abdelouafi Laftit ont déjà procédé, le 14 juillet, à l’émission de 514 décisions de fermeture d’unités industrielles et commerciales dans 34 préfectures et provinces, et ce pour non-respect des mesures sanitaires en vigueur.

Notons qu’un total de 98 unités restent toujours fermées, et les autres se sont engagées à assainir leur situation en faisant respecter les dispositions en vigueur. Dans le détail, les unités fermées sont réparties par catégorie, à savoir « Commerces de proximité » (petits commerces, boucheries et boulangeries, etc) (au nombre de 144 unités), « Unités industrielles » (135), « Restaurants » (58), « Cafés » (55), « Unités commerciales » (centres commerciaux) (45), « Beauté et loisirs » (hammams, salons de coiffure, salles de sport) au nombre de 44, « Centres d’appel » (15), « Ateliers et artisans de proximité » (11), « Établissements d’hébergement touristique » (5), « Agences de transfert d’argent » (2). Il est à constater que le ministère de l’Intérieur a procédé à un « name and shame », en publiant notamment le nom des entreprises qui ne se sont pas conformées aux exigences, pour faire respecter les mesures sanitaires.

Lire aussi| Transgression de l’Etat d’urgence sanitaire au Maroc : à quand la tolérance zéro ?

A Casablanca-Anfa, l’imprimerie Milieu Graphique et Imprimerie sont toujours fermées ainsi que le centre de commerce Hachimi. Toujours à Casablanca-Anfa, sont fermés aussi les centres d’appels Gabriel Conseil International, Mondial Phone, MPM Center, Ten Call, Min Fortell, Optimum Center et RG Consulting, en plus de la menuiserie Saladin meubles. A Sidi Bernoussi, Two One (confection), Mecomar (fabrication de bennes) restent fermés. Au niveau de Rabat, le four Kastali (traditionnel), 4 restaurants, Rabat Fight Club (Sport), Green Bay (restauration), Laili Firdaous (Traiteur) et trois cafés sont encore fermés.

A Salé, le café The Mode et l’unité Assia-rif (produits détergents) sont toujours fermés. A Tanger-Assilah, El Gosto, El Gusto (agro-alimentaire), Tiger, Taiger (ex-Safrer) (Plastique), Express Profil et Profil Express (aluminium) sont fermées. Les équipes du ministère de l’Intérieur précisent que certaines enseignes ont déjà procédé à leur réouverture. A Rabat, il s’agit entre autres  de Salon Noureddine, Salon Othmani, Maison de la Sape, 2 Salons de Coiffure, Salon Gentleman, Salon Ifriquia, Salon Barber Shop, Salon Hassan, Salon Ziati, Beaux ongles, et Salon Saïd, Hamma Al Wafa, 8 commerces de proximité, ou encore de Crémerie (vente des produits laitiers).

Lire aussi| Concurrence : Driss Guerraoui veut une « égalité des chances » entre les entreprises

Dans la préfecture de Marrakech, la bijouterie en argent Atelier de Fabrication de Marrakech, l’unité de textile Société de Tansift de Textile, l’entreprise de confection HTM Confection ainsi que l’unité de vente de poisson Hall aux Poissons M’Hamid ont été concernés par cette réouverture. Plusieurs enseignes dans les autres régions aussi sont également concernées par cette réouverture. Il va sans dire que les autorités ne ménagent aucun effort pour faire respecter les mesures sanitaires en cette période de pandémie.

 
Article précédent

Les ménages se ruent sur le compte sur carnet

Article suivant

Fonds Covid-19/déductibilité fiscale : une polémique qui n’a pas lieu d’être