Gouvernance

Entreprises publiques : le grand chambardement

Depuis le rapport accablant d’Abdellatif Jouahri au début des années 80 sur les entreprises publiques, nous n’avons pas réussi à maîtriser ce sujet, malgré les réformes, la privatisation, les codes de bonne gouvernance successifs.


On annonce une énième réforme qui voudrait éliminer les entreprises publiques en situation concurrentielle, qui sont souvent battues par la concurrence. Mais il faut aussi réformer les autres. On redécouvre le fil à couper le beurre. Feu Abderrahmane Saaïdi avait posé la question de l’absurdité du contrôle à priori qui n’empêchait rien, d’autant plus que l’agent comptable devenait un salarié de l’entreprise, qu’il est censé contrôler.

Lire aussi | La Fédération Marocaine des Médias condamne les dérives d’un programme algérien de télévision [Document]

Feu Saaïdi avait aussi développé l’idée des contrats-programmes, qui laissent toute latitude au gestionnaire désigné, mais avec des objectifs précis et la possibilité de contrôle sur les écarts…

Lire la suite dans votre e-magazine Challenge en cliquant sur la couverture.

Autres sujets du dossier :

– Les actions urgentes prises pour faire face à la crise actuelle

– Limites des modèles économiques actuels des EEP et nouvelles approches

– Poids des EEP dans l’économie nationale et principaux résultats atteints

– L’accompagnement fiscal dans la réforme des EEP

– Simplification, efficience et moralisation : 3 concepts clés pour résumer la réforme des EEP

– Interview avec : Azeddine Akesbi, économiste et chercheur « le regard d’un spécialiste en gouvernance publique »

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc : 121 nouveaux cas, 478.595 au total, lundi 15 février 2021 à 18 heures

Article suivant

Aziz Bouslamti, président du GPPEM : « Les demandes déposées par le GPPEM auprès des autorités pour une reprise des activités de notre secteur sont restées sans suites »