Sahara

Espagne : les ambassadeurs espagnols en Europe sommés de contrer l’offensive diplomatique du Maroc

Le ministère espagnol des affaires étrangères vient de donner, à travers une note, des instructions aux ambassadeurs ibériques dans les 27 pays de l’Union européenne pour contrer l’offensive diplomatique du Maroc suite à la crise migratoire et l’affaire du chef du polisario Brahim Ghali, rapporte le site El Confidencial Digital (ECD). Principal argument avancé, selon la même source, « la crise migratoire à la frontière de Sebta est directement liée à la situation au Sahara ».


Suite à la crise migratoire et l’affaire du chef du polisario Brahim Ghali, la diplomatie espagnole multiplie les manœuvres pour mettre à mal le Maroc avec ses alliés européens. La dernière en date est une note adressée par le Chef du cabinet du ministère des Affaires étrangères aux ambassadeurs espagnols dans les 27 pays de l’Union européenne pour contrer l’offensive diplomatique du Maroc, rapporte le site El Confidencial Digital, qui fait état également de la teneur des instructions contenues dans cette lettre. Le principal argument mis avant dans cette note est que « la crise migratoire à la frontière de Sebta est directement liée à la situation au Sahara », relève la même source, qui précise que la note a été préparée par le diplomate Camilo Villarino, directeur du cabinet de la ministre des Affaires Etrangères, Arancha González Laya, et envoyée aux ambassadeurs par l’intermédiaire du Secrétaire d’État de l’Union européenne. Comment alors expliquer cette manœuvre du département espagnol des affaires étrangères ?

Lire aussi| Tebboune agonise : une Algérie en pleine récession économique [par Mehdi Hijaouy]

Selon El Confidencial, Camilo Villarino a expliqué dans une note interne qu’ils ont appris que « le Maroc multiplie les initiatives dans différents pays de l’Union européenne pour présenter la version des événements liés à la crise actuelle entre son pays et l’Espagne ». Pour cette raison, il est nécessaire que des arguments soient envoyés aux ambassades espagnoles « afin qu’elles puissent les utiliser de manière proactive dans leurs contacts avec les ministères des Affaires étrangères des pays de l’UE », rapporte le site espagnol qui rappelle que le directeur du cabinet de la ministre des Affaires Etrangères, est l’un des rares hauts fonctionnaires à avoir participé à l’opération de transfert du chef du polisario, Brahim Ghali, à l’hôpital de Logroño avec une fausse identité pour être soigné à l’USI. Il se trouve également que ce diplomate a été numéro 2 à l’ambassade d’Espagne au Maroc pendant quatre ans et, par conséquent, connaît bien les relations entre les deux royaumes, précise la même source. Et cette dernière de préciser que cette opération a été combattue par le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska. « Il a même voulu faire savoir par écrit au ministère des Affaires étrangères son opposition au transfert en Espagne de Ghali, en raison des conséquences possibles », ajoute El Confidencial.

Pour autant, la diplomatie espagnole se dit satisfait du soutien de l’UE. «Nous apprécions le soutien que nous avons reçu de la part de institutions européennes et des États membres de l’UE, essentiellement pour deux raisons : pour la solidarité qui a été exprimée et aussi le fait que les Etats membres considèrent Sebta comme une frontière de l’Union », pourrait-on lire dans l’instruction rédigée en anglais.

Autre argument mis avant dans la note, selon El Confidencial :  « Il est évident, en tout cas, que la réaction du Maroc ne peut être expliquée par la question du Sahara. La toile de fond est le Sahara, malgré le fait que le ministre marocain a toujours nié publiquement cela. Nous devons admettre que nous sommes choqués et très surpris par le nombre d’arrivées et les images terribles de jeunes et d’enfants qui mettent leur vie en danger en mer, ce qui ne peut laisser personne indifférent. La migration ne doit jamais être utilisée comme un outil pour exercer une pression politique », indique-t-on dans la lettre aux ambassadeurs.

En guise de conclusion, le ministère espagnol des Affaires étrangères précise dans sa correspondance que la coopération en matière de migration est la clé des relations bilatérales entre l’Espagne et le Maroc et aussi entre ce dernier et l’Union européenne. « Les canaux de communication avec les autorités marocaines sont ouverts », déclare le ministère des Affaires étrangères. Notre aspiration est de regarder vers l’avenir et de continuer à travailler pour que les relations se poursuivent et offrent les excellents résultats qu’il avait donnés ».

Lire aussi| Les turpitudes inqualifiables espagnoles contre le Maroc! [par Najib Benamour]

 
Article précédent

Suivez le LIVE de l’émission «Décryptage » de radio MFM

Article suivant

Aéroport Mohammed V : le nouveau terminal dédié aux vols intérieurs est opérationnel