Auto

Essai Citroën C3 Chevronnée et bonifiée en prime

Le segment des citadines a toujours le vent en poupe auprès de la clientèle, d’abord et surtout au regard de sa grille tarifaire attractive, mais aussi de sa dotation en équipements de confort et de sécurité qui n’a rien à envier au segment supérieur. Puisqu’on en parle, rendez-vous compte : dès l’entrée de gamme sur notre C3 restylée, on dispose d’un arsenal d’équipements de sécurité (ABS, ESP, AFU, REF…) ; ajoutez-y 6 airbags, sans parler de l’alerte de franchissement involontaire de ligne ; rien que ça ! Et ce n’est pas tout puisque l’on recense également dans cette liste d’équipement attribuée d’office le régulateur-limiteur de vitesse. La dotation en équipement de confort n’est pas non plus  en reste: siège conducteur réglable en hauteur, écran tactile de 7 pouces avec fonction «Mirror Link»… En clair, rien que la liste d’équipement est déjà source de motivation quant à signer le montant du chèque ou à contracter un crédit pour s’offrir l’engin. Mais quels peuvent être les autres motifs d’attractivité faisant que l’on puisse opter pour une C3 ? 


Du style, mais pas que  

L’esthétique, critère déterminant aux yeux de tous dans l’achat d’un véhicule ! Pour ce qui est de cette C3, le bureau de design a joué la carte de l’agressivité avec une face avant légèrement remaniée et vraiment plaisante à regarder. Pas de gros changements sur la carrosserie (le volet personnalisation est toujours de la partie), ni même à l’intérieur, si ce n’est l’arrivée de nouveaux sièges baptisés «Advanced Comfort» au moussage plus épais. De son côté, le système d’infodivertissement ne change pas, demeurant très complet et tout à fait correct, comme le reste de l’habitacle. A noter quelques accessoires en sus venant agrémenter notre finition «Feel Pack» dont les feux diurnes à LED, les projecteurs «Eco LED», le pavillon bi-ton, les «airbumps»… Venons-en au volet conduite : pas de changement sous le capot, on fait avec le 1,6 litre de 92 chevaux dont la réputation n’est plus à faire. L’engin fait de sa sobriété l’un de ses principaux atouts avec une moyenne d’environ 4,4 l/100 km constatée durant notre essai. Son châssis demeure néanmoins excellent, la C3 gardant toujours le cap en virage, comme rivé au sol. Cela devient plaisant surtout lorsque l’on évolue sur un parcours sinueux. Dommage que la sonorité du 1,6 litre HDI se fasse entendre un peu trop dans l’habitacle, notamment au démarrage à notre goût. Mais on s’y habitue.

 
Article précédent

Vacances scolaires : arrêt de la diffusion des cours sur les chaines TV

Article suivant

JO-2024 : le CIO approuve de nouvelles disciplines