Auto

Essai Renault Captur : une proie de taille

S’essayer à la catégorie des crossovers urbains, c’est ce qu’a fait Renault avec le Captur. Sa bouille originale, son habitacle très tendance et accueillant et sa palette de motorisations diversifiées sont là quelques uns de ses atouts. De quoi séduire une nouvelle clientèle friande de ce type de véhicule et du blason de la marque au losange. Premières impressions à son volant. D.N.E.S en France – 


A

près le retour remarqué de la  Clio IV, c’est au tour du Captur de créer l’évènement chez Renault. Le premier crossover urbain de la marque au losange reprend à son compte de nombreux ingrédients qui ont fait justement le succès de la Clio. Tout est dans le style, plus particulièrement dans les possibilités de personnalisation de la carrosserie et de l’habitacle. Il faut y ajouter une définition d’équipement complète dès l’entrée de gamme et une grille tarifaire qui devrait s’avérer dans le Royaume des plus compétitives. Quoi de plus simple (en théorie) que de puiser dans la banque d’organes de la marque, en particulier dans celle de la Clio IV qui lui cède sa plateforme et certaines de ses mécaniques ?  Ainsi, le Captur arbore la nouvelle identité stylistique de Renault initiée par Laurens Van Den Acker, patron du design. Le style est original avec des flancs, des passages de roues musclés, une garde au sol élevée (200 mm) conférant à l’ensemble un caractère sportif. L’autre point fort de ce crossover est, au même titre que la Renault Clio IV, la possibilité de personnalisation avec plusieurs combinaisons de teintes bi-ton pour la carrosserie, de couleurs de jantes, d’ambiances intérieures, de selleries et de thèmes graphiques… 

Un mix de monospace, de SUV et de berline, le Renault Captur joue la carte de l’originalité dans la catégorie des crossovers urbain.

Habitacle très tendance
L’habitacle laisse  entrevoir une planche de bord au design aéré avec une tablette multimédia Renault R-Link. Dommage qu’au niveau qualité perçue, les plastiques en grand nombre sont durs au toucher et manquent un peu de raffinement. Pour autant, ce même habitacle bénéficie d’un aménagement original comme cette fameuse boîte à gants de type tiroir d’une capacité de 11 litres. La position de conduite s’avère haute et confortable (+10 cm par rapport à la nouvelle Clio). Par ailleurs, les familles apprécieront le dos des sièges avant en plastique, facile à entretenir ou les garnitures de sièges zippées que l’on peut passer en machine. L’habitabilité aux places arrière est correcte dans l’ensemble, les passagers bénéficiant d’une garde au toit et d’un espace aux jambes satisfaisant, la banquette coulissante étant aussi pour quelque chose. D’un volume appréciable (455 dm3), le coffre dispose d’un plancher intermédiaire ménageant une large soute à l’abri des regards. 

Bien présentée, la planche de bord accueille la fameuse tablette multimédia embarquée qui donne accès à une connectivité et à un catalogue d’applications dédiées à l’automobile.

Très énergique sur route
Sous le capot, plusieurs motorisations viennent animer le Captur dont, en essence, l’Energy TCe de 120 cheveaux épaulé par une boîte de vitesses à six rapports et à double embrayage. Coté diesel, le dCi de 90 chevaux se voit animé par une boîte de vitesses mécaniques à cinq rapports. Deux mécaniques qui nous ont été proposées lors d’essais routiers du Captur dans la région du Pays-Basque. A noter que ce crossover n’est pas disponible en version 4X4. A son volant, les premières impressions sont bonnes, le Captur offrant  un comportement routier rassurant. La découverte de taille fut sans doute le TCe de 120 chevaux animée par la boîte à double embrayage de Renault. Un cocktail consistant qui lui distille de bonnes sensations. Du reste, le dCi de 90 chevaux est lui aussi à son avantage sous le capot. Ce dernier est agréable à mener offrant au Captur un bon confort de roulage avec, en prime, une insonorisation soignée. A noter qu’il est doté de fonctionnalités à même d’aider le conducteur à modérer sa consommation de carburant. Faut-il souligner que la dotation en équipements est généreuse de série avec notamment la carte d’accès démarrage, la direction à assistance variable, les rétroviseurs électriques et dégivrants, les lève-vitres électriques avant et arrière, le volant réglable en hauteur et profondeur, voire l’aide au démarrage en côte… Une silhouette originale, des aspects pratiques et un comportement sain, le premier crossover de la marque au losange semble bien positionné pour surfer sur les vagues du succès. Sa commercialisation s’amorcera dans quelques semaines dans le Royaume à un tarif, nous dit-on du coté de chez Renault Commerce Maroc, très compétitif.  

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Les détails du sauvetage de la MATU

Article suivant

Un premier semestre délicat pour les cimentiers