Pandémie

État d’urgence : une nouvelle prolongation pour quoi ?

Le Conseil de gouvernement a approuvé ce mercredi 9 septembre la prolongation de l’état d’urgence sanitaire. Aucune surprise donc quant à l’issue de cette décision, au vu des dernières restrictions à Casablanca. Le Maroc reste dans l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 octobre prochain, date à laquelle une nouvelle évaluation de la situation sera faite.


La situation à Casablanca aura-t-elle fait pencher la balance ou comme les fois précédentes, le résultat était-il connu à l’avance ? Dans tous les cas, le projet de décret relatif à la prolongation de l’état d’urgence sanitaire dans l’ensemble du territoire national est passé sans embûches. C’est donc la 6ème fois que le Maroc repousse l’ouverture définitive de ses frontières. La dernière prorogation remonte au 10 août. Le gouvernement aura clairement fait le choix le moins polémique pour lui, à l’inverse d’une décision d’ouverture qui, si elle débouche sur une hausse des contaminations, lui coûterait cher sur le plan de l’image… et dans la perspective des prochaines élections législatives.

Lire aussi | Traitement du Coronavirus : faut-il craindre une rupture de stocks de certains médicaments ?

Une sortie de l’état d’urgence rapidement balayée

Pourtant, quelques jours avant la dégradation subite de la situation à Casablanca, quelques signaux pouvaient encore laisser croire à une fin de l’état d’urgence. D’abord la baisse des cas, sur quelques petits jours, qui a fait dire à nombre de spécialistes que le pic de la contagion était désormais derrière nous. Cette bonne nouvelle, une bouffée d’oxygène dans une ambiance anxiogène, a-t-elle fait relâcher l’attention ? Rien n’est moins sûr. Mais le revers de ces baisses encourageantes fut le “jump“ du dimanche où Casablanca, à elle seule, a comptabilisé 773 cas sur un total de 2.234 dans l’ensemble du pays. En outre l’arrêt des points quotidiens, remplacés par un envoi de la situation par mail. Quelle meilleure justification à cet arrêt que la perspective d’une chute des contaminations, et donc d’une fin de l’état d’urgence ! Puis récemment, la décision de permettre à des ressortissants de pays où le visa n’est pas exigé pour venir au Maroc de s’y rendre à travers les vols exceptionnels, était venue confirmer le sentiment que l’état d’urgence pouvait être mis en sursis. Ceux-ci devaient justifier d’une réservation d’hôtel. Avec la perspective d’un retour des touristes, ce qui ferait du bien à un secteur du tourisme totalement sinistré, le maintien de l’état d’urgence sanitaire n’aurait plus aucun sens. Les Marocains devront prendre encore leur mal en patience.

Lire aussi | Coronavirus : fausse alerte à l’école La Joconde, à Casablanca

Mais le choix est-il encore judicieux, au vu de l’économie qui continue de souffrir de cette situation ? Ailleurs, comme en France par exemple, un plan de sortie progressive de l’état d’urgence a été mis en place, permettant au gouvernement de prendre, au besoin, des mesures restrictives. Mais l’état d’esprit général est dans une logique de sortie de l’anxiété de l’état d’urgence. Et redonner un peu de souffle à une économie en berne. Serait-ce finalement la solution pour le Maroc ? Réponse dans un autre mois.

 
Article précédent

Suivez le LIVE de l’émission « Ach Waq3 » de MFM Radio

Article suivant

Projet de la loi de Finances 2021 : les attentes de la CGEM