Interview

Exclusif / Taleb Rifai, SG de l’Organisation mondiale du tourisme : « Le Maroc est l’une des success stories les plus réussies »


Les résultats de la 21ème assemblée de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), l’élection du Maroc au bureau exécutif de cette institution, la situation du secteur touristique national et les perspectives de son développement  et ses atouts pour faire du Royaume une destination incontournable  et bien d’autres questions ont été au centre de cette interview exclusive accordée à Challenge par Taleb Rifai,  Secrétaire Général de  l’OMT.

Challenge : Pouvez-vous nous résumer les faits saillants  et les conclusions des travaux de la 21ème session de votre organisation tenue à Medellin en Colombie du 12 au 17 septembre dernier ?

Taleb Rifai : Sans doute la 21ème assemblée générale de l’OMT tenue en septembre  dernier dans la ville colombienne de Medellin sur le thème du tourisme comme étant un conducteur d’inclusion et de transformation sociale a été sans conteste l’une des plus réussies en termes de participation  et de niveau d’engagement. Deux nouveaux Etats membres les  Samoa et la Barbade  ainsi que 118 nouveaux membres affiliés des quatre coins du monde  ont rejoint l’organisation. Des événements très pertinents   ont été organisés  planchant sur des questions clefs telle que la coopération entre le tourisme et le transport aérien et le besoin voire la nécessité d’intensifier  l’aide et le soutien internationaux pour le développement du tourisme.

A l’occasion, d’autres décisions ont été prises également telle que l’accueil par la Chine  de la prochaine assemblée générale  et les célébrations de la journée mondiale du tourisme respectivement en 2016 en Thaïlande et en 2017 au Qatar.

Que signifie  l’élection du Maroc au sein du Conseil exécutif de l’OMT pour l’Afrique pour un mandat de 4 ans  et quelles seraient selon vous et concrètement les retombées de cette élection aussi bien pour le Maroc et le continent pour développer et booster le tourisme ?

Le Maroc est l’une des destinations phares  connue et reconnue pour ses trésors archéologiques, son histoire, ses traditions, sa gastronomie, sa culture et sa nature.

Le niveau de diversification que le pays a réalisé, son engagement envers le développement durable et les meilleures pratiques mises en place en terme de politique touristique, peuvent certainement aider d’autres pays membres de l’OMT à progresser dans le secteur du tourisme.

Par ailleurs, le Conseil Exécutif constitue « le conseil d’administration » de l’Organisation où les représentants élus des Etas membres de l’OMT  guident le travail de l’Institution. J’ai confiance que  la présence du Maroc au sein du Conseil  constituera une excellente valeur ajoutée pour faire avancer le tourisme non seulement en Afrique mais aussi à l’échelle mondiale.

 En 1998, l’OMT a souligné lors de la tenue de  son assemblée générale à Manille  que « Le Tourisme est devenu un phénomène de civilisation… L’ampleur qu’il a acquise l’a fait passer du plan limité d’un plaisir élitaire au plan général de la vie sociale et économique », on est en 2015, quelle  est votre radioscopie de la situation aujourd’hui?

Le tourisme est un moteur de développement socioéconomique, mais il crée en outre  des opportunités pour améliorer le dialogue interculturel  et unir des peuples de différentes origines et traditions. Dans les années 1950, nous n’avions que 25 millions de touristes internationaux  et aujourd’hui ce nombre a dépassé le milliard, créant au passage plus d’un milliard d’opportunités  comme nous le soulignons dans notre compagne de la Journée mondiale du tourisme 2015.

 Le « Printemps arabe » a apporté dans ses valises le terrorisme qui a frappé de plein fouet l’industrie touristique et le patrimoine archéologique dans plus d’un pays de la Tunisie à l’Egypte impactant toute l’économie et compromettant même l’avenir de ces destinations, que pouvez-vous nous dire des enjeux géopolitiques du tourisme  et les  conséquences du terrorisme à moyen et long termes ?

Les changements politiques et sociaux provoqués  par le «  Printemps arabe » ont revendiqué  entre autres, le développement économique, le progrès et bien-être pour tous ce qui constitue le principe sur lequel nous insistons dans les opportunités créées par le secteur touristique. Il est vrai que comme dans toute autre transition, il ya eu de la tourmente mais malheureusement le terrorisme est aujourd’hui  une menace globale et affecte tous les pays du monde.

Dans tous les cas, l’histoire montre que le tourisme est un secteur résilient qui a tendance à récupérer rapidement  et de manière plus forte après une crise.

 Dans ce magma d’instabilité et d’insécurité, la destination Maroc est incontestablement un havre de paix et de tranquillité, selon vous, que doivent faire les professionnels et les institutionnels marocains pour mieux capitaliser et vendre le produit Maroc  et conquérir de nouveaux marchés?

Pour commencer, je dirais que nous ne pouvons pas parler d’une telle chose comme un magma d’instabilité et d’insécurité. Il existe naturellement de nombreux défis géopolitiques principalement au Moyen – Orient et même dans ce cas, la région montre des images très différentes et ne devrait pas être  » labellisée » comme étant une.

Le Maroc a été un leader dans le développement touristique dans plusieurs secteurs y compris la coopération avec le secteur privé, la diversification des expériences touristiques, l’ouverture de son ciel (open sky) et tous ses facteurs ont amené le pays là où il est aujourd’hui. Je dirai que la poursuite de ces efforts tout en mettant à niveau les compétences et les capacités et le soutien du développement durable et la qualité continueront à renforcer la compétitivité du Tourisme au Maroc. A cet égard, je suis heureux de dire que l’OMT travaille étroitement avec le ministère du tourisme sur la classification des hôtels et cela montre comment le pays est engagé dans le processus de  la qualité afin d’assurer la meilleure expérience au visiteur.

Quel jugement portez-vous sur le tourisme marocain, ses points forts, ses points faibles et la Vision 2020 qui ambitionne de hisser le Royaume au top 20 des destinations touristiques mondiales ?

Le Maroc est l’une des success stories  les plus réussies quant à la manière de diversification du secteur touristique pour qu’il puisse devenir la marque de fabrique  non seulement d’un pays mais de toute une région.

Aujourd’hui, il est vraiment impressionnant de souligner le nombre de festivals culturels, de sites naturels et de monuments historiques qu’offre le Maroc aux visiteurs. Tous ces efforts déployés par le secteur sont essentiels dans la prise de décision des touristes non seulement pour visiter le pays une seule fois mais également de le refaire de temps à autre. Bien entendu, il existe toujours des défis à relever et des choses à améliorer, toutefois la perception positive que la plupart des touristes ont quand ils visitent le Maroc constitue la réponse la plus évidente aux meilleures pratiques implémentées par le secteur touristique.

Le World Travel market aura lieu du 2 au 5 novembre prochain à Londres avec un sommet entre votre organisation et des ministres du tourisme  sous le thème : « Destination de branding : de nouveaux défis dans un marché en mutation », que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

Le World Travel Market (WTM) constitue l’un des événements mondiaux de premier plan pour l’industrie touristique et l’OMT est heureuse d’avoir le WTM comme partenaire de long terme.

Par ailleurs, le sommet qui réunira l’OMT et les ministres du tourisme à l’occasion de la tenue de 9ème édition du WTM planchera cette année sur la manière avec laquelle les destinations peuvent s’adapter aux changements pressants tels que ceux introduits par les nouveaux business modèles, ou bien ce qu’on appelle l’économie collaborative  et l’avènement de réseaux sociaux et le pouvoir croissant  du consommateur.

En dehors de cet événement, l’OMT organisera également un séminaire sous le thème : La route de la Soie des réseaux sociaux au cours duquel nous débattrons  entre autre de l’émergence du voyage expérimental et de  la révolution de la réservation.

Les réseaux sociaux s’avèrent un outil de marketing et de promotion de destination redoutable, le Maroc est-il bien outillé  et comment vous trouvez sa stratégie de marketing et de promotion?

Le paysage des réseaux sociaux marocains figure parmi les plus dynamiques et les plus vifs de toute la région  et je ne suis pas le seul à le dire. De nombreuses organisations de développement médiatique ont relevé  et salué   aussi bien la naissance et le dynamisme  du journalisme numérique que les plates – formes en ligne  et nous espérons sincèrement qu’ils  servent et serviront à promouvoir toutes les imitatives liées au tourisme  qui ont lieu dans le pays.

Entretien conduit et traduit de l’Anglais par Noureddine Boughanmi

 

 

 
Article précédent

CESE: davantage de grèves en 2014 qu’en 2013

Article suivant

Un nouveau CEO pour Lamudi Afrique