Flash-ecoHigh-Tech

Facebook attaqué pour fraude publicitaire

Un groupe de spécialistes du marketing a déposé une plainte contre Facebook, soutenant que la société était au courant de divergences dans ses statistiques de vidéos depuis plus d’un an avant de les signaler aux annonceurs.


Le nouveau recours, basé sur 80.000 pages de documents internes, affirme qu’en septembre 2016, Facebook ne comptait que deux ingénieurs dédiés à la correction des erreurs de mesure. Facebook a déposé une requête en rejet de ces réclamations et affirme que les affirmations de fraude sont fausses. Le groupe se fait appeler LLE One et comprend la firme de réseaux sociaux Crowd Siren basée à Las Vegas. Le groupe a engagé une action en justice devant les tribunaux fédéraux californiens en 2016 et a ajouté une plainte mardi selon laquelle des archives internes suggèrent que « l’action de Facebook atteint le niveau de fraude ». Le dossier repose sur environ 80.000 pages de dossiers internes de Facebook. En réponse à la plainte, une porte-parole de Facebook a déclaré : « Cette action est sans fondement et nous avons déposé une requête en rejet de ces accusations de fraude. Il est faux d’insinuer que nous avons essayé de cacher ce problème à nos partenaires. Nous avons immédiatement parlé de cette erreur à nos clients lorsque nous l’avons découverte et avons mis au courant notre centre d’aide pour expliquer le problème ».

L’affaire remonte de septembre 2016, lorsqu’un rapport du Wall Street Journal a révélé que Facebook avait mal calculé le temps passé à regarder des vidéos de 60% à 80%. Le rapport a mis en évidence un flux d’autres erreurs de calculs rapportées par Facebook et des changements dans la manière dont les métriques ont été traitées par le réseau sociaux. Selon la plainte, les statistiques de la vidéo ont été gonflées de 150% à 900%. La plainte affirme également que Facebook était déjà au courant de cette disparité métrique en juillet 2015.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Maroc Télécom prépare le terrain à la 5G

Article suivant

Emission des certificats Sukuk : quel cadre juridique ?