Economie

Fagor Maroc tourne le dos à la production

Parmi les 100 employés de la filiale, 65 seront licenciés. Une nouvelle stratégie commerciale centrée sur l’importation est mise en place.


C’est officiel! Le groupe espagnol Fagor arrête de produire au Maroc. Il s’agit d’une décision de juillet dernier, du top management de la filiale marocaine spécialisée dans la fabrication de produits électroménagers. Elle se traduira par la fermeture de l’usine de Mohammedia, et la suppression de 65 postes. «Conjoncture oblige!», explique d’emblée Lionel Lemaire, directeur général de Fagor Maroc. Selon lui, l’arrêt de production devait être fait il y a cinq ans déjà, car depuis 2008, notre chiffre d’affaires connait une régression annuelle moyenne de 10%.Et pour cause, l’activité de production au Maroc n’a plus le même poids. À en croire le directeur général, les 80 000 réfrigérateurs fabriqués au pays ne représentent que 10% du chiffre d’affaires de Fagor Maroc. Une production qui ne peut être renforcée pour deux raisons principales.


D’abord, «les réfrigérateurs que nous fabriquons au Maroc ne contiennent pas la technologie du dégivrage automatique. Toutefois, nous ne pouvons pas introduire cette technologie dans les produits fabriqués localement, car elle nécessite de gros investissements. Alors pourquoi investir vu que nous avons déjà deux usines en Espagne et en Pologne qui produisent ce type de réfrigérateurs», étaye-t-il. La deuxième raison réside dans la baisse des droits de douane sur l’électroménager. «Cette nouvelle donne rend la production locale de moins en moins compétitive, notamment face à la concurrence sans merci des produits asiatiques», développe le DG. Somme toute, Fagor veut suivre la même trajectoire que ses rivaux. En d’autres termes, elle se contentera d’importer ses produits des usines du groupe en France, en Espagne et en Pologne, pour se concentrer sur l’activité commerciale depuis son nouveau concept de bureau show-room de Casablanca.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Pleins feux sur la crise du secteur

Article suivant

Le Maroc vise un milliard de DH de chiffre d’affaires pour 2013