Culture

Festival d’Essaouira : Des sons et du sens

Du 25 au 28 avril dernier, Essaouira fêtait son 13e Printemps Musical des Alizés. Un rendez-vous de musique classique qui s’affiche, de par sa convivialité, parmi l’un des plus indiqués à travers le monde.


Un programme aussi chargé qu’alléchant. Démarré le jeudi soir, le festival a enchaîné découvertes et chairs de poules, retrouvailles et enchantements. Matinées, après-midis et soirées livraient des sets de hautes et redoutables volées. Avec un souci d’innovation qui est, depuis quelques éditions, l’essence du Printemps. La touche de sa directrice artistique, Dina Bensaïd, mêle recherche et originalité. 

On l’a vu à travers les concerts de familles où frères et sœurs, pères et fils/filles se donnaient la réplique par instruments interposés. Des dialogues terrassant de complicités, des œuvres de maîtres telles celles de Chopin, Schubert, Debussy, Strauss, Franck… Ces associations inédites ont fait flirter les Libanais Abdel Rahman El Bacha (piano) et son fils Camille (piano), les frères français Adrien Bellom (violoncelle) et Guillaume (piano), le trio hexagonal Metral -Justine au violoncelle, Victor au piano et Joseph au violon- et la patronne de l’artistique du festival (piano) en phase avec son père Farid Bensaïd au violon. Ce dernier a fait vibrer les soirées du festival en ramenant pour la première fois aux Alizés l’Orchestre philharmonique du Maroc (OPM) dont il est le directeur. Se sont associés à ces prestations, la soprano italienne Silvia Dalla Benetta, le pianiste Abdel Rahman El Bacha, le ténor rbati Abdallah Lasri, l’autre rbati Marouan Benabdallah au piano et le français Pascal Amoyel déjà présent avec ses suintements pianistiques l’an dernier à Essaouira. On n’oubliera pas les bons moments que le public a partagés avec le duo piano-violoncelle Jérôme Ducros et Jérôme Pernoo, le quatuor Zaïde, le SpiriTango quartet… Et ces merveilleuses matinées consacrant les jeunes talents. Musique de Chambre, art lyrique et philharmonique ont fait de l’amour un acte fraternel à Essaouira.

 
Article précédent

Sony Expéria Z, insubmersible

Article suivant

Accord de pêche Rabat-Bruxelles : «Je t’aime moi non plus»