Banques participatives

Finance participative : les adouls s’en mêlent

L’Ordre National des Adouls appelle à accélérer l’élaboration des décrets d’application de la loi relative à la finance participative, réaffirmant son engagement à adhérer pleinement à la promotion de la finance participative.


Dans les recommandations d’une conférence, organisée samedi 10 avril 2017 à Rabat sous le thème « Les actes adoulaires dans les banques participatives au Maroc : les finalités de la Charia selon le rite malékite », les participants ont relevé que les actes adoulaires représentent des garanties essentielles pour la sécurité des transactions de la finance participative, soulignant l’importance de ces actes dans la réalisation de la gouvernance financière et l’amélioration de la qualité des services documentaires.

L’accent a aussi été mis sur la volonté et l’engagement à adhérer pleinement à la promotion de la finance participative, ainsi que la participation au programme de formation continue et aux contrats bancaires relatifs à la finance participative. Les adouls ont aussi annoncé leur disposition à contribuer au développement de la prise de conscience juridique autour des banques participatives.

L’Ordre National des Adouls a organisé cette conférence pour promouvoir et développer la prise de conscience juridique autour de cette question, présenter l’approche adoptée par les banques participatives au Maroc et expliquer leurs mécanismes d’action, en les simplifiant pour les rapprocher des citoyens.

En marge de cette rencontre, une convention de coopération et de partenariat a été signée entre l’Ordre National des Adouls et le Centre Marocain de la Finance Participative, dans l’objectif de promouvoir la finance participative au Maroc et faciliter l’échange d’informations, de documents et d’expertises.

 
Article précédent

Une région sur quatre toujours sans feuille de route !

Article suivant

BMCE Bank aiguise son appétit sur la PME