Dossier

Financement des TPME : Ce qui va vraiment changer

Les TPME qui, jusque-là, n’accédaient pas ou très difficilement au crédit, peuvent désormais prétendre lever un financement. Le nouveau programme intégré d’appui et de financement des entreprises tant attendu, est opérationnel depuis mardi 4 février dans le réseau bancaire. Ce nouveau dispositif de financement amélioré et adapté, quelques jours après son lancement, que va-t-il concrètement changer ?  


Tant attendu, le programme intégré d’appui et de financement des entreprises est entré en application le mardi 04 février 2020. Il faut dire que depuis le discours du Souverain devant le Parlement, le 11 octobre dernier, beaucoup de travail a été abattu afin d’approfondir la problématique, mais aussi d’adopter la meilleure approche pour sa prise en charge. Actuellement, les fonds sont disponibles et les conventions régissant la nouvelle offre ont été signées, notamment celles liant d’une part le ministère à la Caisse centrale de garantie (CCG), en sa qualité de gestionnaire, d’une part, et d’autre part, les accords d’opérationnalisation entre la CCG et les banques. Résultat des courses : les banques ont alors commencé à décliner leurs offres commerciales. Ce nouveau programme intégré de financement et d’appui des entreprises vient ainsi renforcer la panoplie d’instruments et programmes publics de financement existants dédiés aux PME et startups (voir guide). Dévoilé par le Directeur général de la CCG, Hicham Zanati Serghini, le plan baptisé « Intelaka » est composé de deux produits de garantie et un produit de cofinancement appelés à soutenir chaque année 13 500 TPME avec un objectif de la création de 27.000 emplois par an. En détails, explique le patron de la CCG, les deux produits de garantie ciblent des structures de moins de cinq ans qui réalisent moins de 10 millions de DH de chiffre d’affaires. Le taux d’intérêt sera plafonné à 2% (2,2% TTC) pour les entreprises en milieu urbain et 1,75% (1,925% TTC) pour celles établies en zone rurale. Ces taux sont fixes et n’ont pas vocation à varier selon les dossiers. 

Ainsi, le premier produit appelé «Damane Intilak» a pour objectif de couvrir un pan important des entrepreneurs nationaux, notamment les auto-entrepreneurs, des porteurs de projets diplômés, des différentes structures qui sont aujourd’hui dans l’informel pour les ramener vers le formel, également les TPE au niveau des services, etc.

Lire la suite du dossier dans votre magazine Challenge en vente dans tous les points de presse.

 
Article précédent

Trémie de Ghandi : Ouverture ce soir, à 22h

Article suivant

Importation : Voici le tarif des contrôles