Notation

Fitch confirme le BB+ avec perspective stable pour le Maroc

L’agence internationale de notation Fitch Ratings vient de confirmer les notes «BB+» du Maroc, respectivement pour ses émissions souveraines de long terme en devises et en monnaie locale avec perspective stable.


La note «BB+» du Maroc est soutenue par un record de stabilité macroéconomique reflétée par une inflation et une volatilité du PIB relativement faibles avant la pandémie, une part modérée de la dette en devises (FC) dans la dette totale des administrations publiques (GG) et une liquidité extérieure relativement confortable. Ces atouts sont contrebalancés par des indicateurs de développement et de gouvernance faibles, une dette GG élevée, des déficits budgétaires et des comptes courants (CAD) plus importants que ceux de leurs pairs.

Le déficit budgétaire de l’administration centrale (CG) est passé à 7,7% du PIB en 2020, contre 4,1% en 2019 (hors produits de la privatisation). Les mesures de confinement liées à la Covid-19 et à la baisse de la demande mondiale ont provoqué une forte diminution des revenus tandis que les dépenses courantes ont augmenté pour atténuer l’impact sur la santé et amortir le coût financier sur les ménages et les entreprises. Les autorités ont reçu environ 2,2% du PIB en subventions de contributeurs nationaux et internationaux dans un fonds Covid-19 dédié.

Lire aussi | Marché des voitures neuves au Maroc : le trend haussier se poursuit

Les plans visant à améliorer la prestation des services sociaux et à étendre les prestations sociales parallèlement à une reprise modeste des recettes fiscales, à une baisse des subventions et à des pressions sur les dépenses continues dues à la pandémie maintiendront le déficit du CG à 7,1% du PIB en 2021 et à 5,8% en 2022. Fitch Ratings prévoit également un déficit GG, qui comprend la sécurité sociale, les collectivités locales et les unités extrabudgétaires, de 6,5% du PIB en 2021, après 6,9% en 2020, contre une médiane prévue «BB» de 5,2%. Fitch ne s’attend pas à des modifications importantes des politiques budgétaires et autres politiques économiques après les élections législatives de septembre 2021.

Des déficits budgétaires importants entraîneront une nouvelle augmentation de la dette publique malgré la reprise économique. Nous prévoyons que la dette GG augmentera à 68,8% du PIB en 2021 et 70,5% en 2022 contre 66,8% en 2020, dépassant la médiane «BB» projetée de 59,1% en 2022. Fitch prévoit que la dette sera globalement stable à partir de 2023. Les risques de financement budgétaire sont faibles, reflétant l’accès du souverain à une base d’investisseurs nationaux importante et captive, le financement intérieur net devant couvrir les deux tiers des besoins de financement du Trésor en 2021-2022. Environ 76% de la dette CG était libellée en monnaie locale à fin 2020, limitant les risques de change pour la dette souveraine.

Selon l’agence, le choc pandémique prolongé aggravera les vulnérabilités financières de certaines entreprises publiques (SOE), déclenchant peut-être la cristallisation des engagements conditionnels sur le bilan de la souveraineté, bien que les politiques de gestion prudentes du gouvernement apportent une certaine atténuation. Les entreprises publiques commerciales avaient une dette comparativement élevée de 24,7% du PIB à la fin de 2019, dont environ 11% du PIB était explicitement garanti par l’État. Au moins quatre entreprises publiques ont reçu de nouvelles garanties en 2020. Des engagements conditionnels supplémentaires découlent d’un programme de prêts garantis par l’État, qui pourrait atteindre près de 7% du PIB, même si un mécanisme de couverture à plusieurs niveaux réduit le risque d’un appel à la garantie souveraine. Fitch évalue le ratio de capitalisation du secteur bancaire comme assez faible par rapport aux risques liés à la concentration du portefeuille de prêts et à l’expansion régionale des banques. Le choc pandémique entraînera une détérioration de la qualité des actifs du secteur, mais nous estimons que les risques qui en découlent pour la solvabilité des banques sont gérables et ne prévoyons pas de soutien souverain matériel aux banques au cours des deux prochaines années.

Lire aussi | Hôtellerie : l’Israélien Fattal lorgne le Maroc

Le secteur clé du tourisme (6,7% du PIB en recettes brutes annuelles moyennes du compte courant en 2017-2019) restera déprimé en 2021 après l’effondrement des recettes brutes du tourisme étranger de 70% sur un an en avril-décembre de l’année dernière. Les exportations de phosphates et d’automobiles ont enregistré de bonnes performances en janvier-février 2021, mais certains secteurs restent à la traîne, comme le textile et l’aérospatiale. Selon l’agence, les recettes globales du compte courant resteront inférieures à leur niveau de 2019 en 2021 et 2022.

Par ailleurs, l’agence de notation financière s’attend à ce que les importations rebondissent en 2021 alors que la demande intérieure de biens finaux et intermédiaires commence à se redresser, parallèlement à la hausse des prix du pétrole. Elle prévoit que le dollar canadien s’élargira et atteindra en moyenne 4,1% du PIB en 2021-2022 alors que la croissance des exportations ralentira. Les importations de biens et services se sont contractées de 16% en 2020, ce qui a entraîné une contraction du CAD à 1,8% du PIB. Les envois de fonds (5,9% du PIB en 2017-2019) ont augmenté en 2020 et continueront de soutenir les indicateurs externes du Maroc.

Les CAD relativement importants seront principalement financés par la dette et la dette extérieure nette atteindra 19,5% du PIB en 2022, contre 16,7% en 2020, et proche de la médiane prévue «BB» de 25%. Les risques de liquidité extérieure sont atténués par le soutien de longue date des créanciers publics et la composition favorable de la dette extérieure du Maroc. Les prêts publics représentent environ les deux tiers de la dette extérieure publique et la moitié de la dette extérieure brute totale.

La résilience extérieure est également soutenue par les réserves de change assez confortables du Maroc et par une meilleure flexibilité du taux de change. L’agence prévoit que les réserves de change augmenteront lentement en 2021 et 2022 après avoir atteint 32,2 milliards de dollars à la fin de 2020 contre 25,3 milliards de dollars en 2019. Fitch prévoit que les réserves de change couvriront 7,5 mois de paiements extérieurs courants en moyenne en 2021-2022, plus élevé que le ‘ BB ‘médiane de 5,4 mois. Par ailleurs, elle s’attend à ce que le gouvernement cherche une ligne de précaution et de liquidité avec le FMI, qui offrirait un filet de sécurité en cas de tensions de liquidité externes.

Un assouplissement des perturbations liées à la crise sanitaire et une amélioration des précipitations après deux ans de sécheresse entraîneront un rebond de la croissance du PIB réel à 4,8% en 2021, après une contraction de 7,1% en 2020. Fitch s’attend à ce que la politique budgétaire reste expansionniste jusqu’à au moins 2022. Le lancement d’un fonds d’investissement stratégique en coopération avec le secteur privé, prévu pour 2021, soutiendra la reprise économique.

 
Article précédent

Histoire. La France a profité du cannabis marocain

Article suivant

Nasser Bourita : «nous irons aussi loin que possible dans le renforcement et le développement de la coopération bilatérale entre le Maroc et Israël»[vidéo]