Environnement

La Fondation Mohammed VI revient sur les réalisations de 2016

SAR la Princesse Lalla Hasnaa a présidé, le jeudi 29 juin 2017 à Rabat, le conseil d’administration de la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement.


Avant de dresser le bilan de l’année écoulée, SAR la Princesse Lalla Hasnaa a saisi l’occasion pour mettre en lumière la richesse du parcours de la

SAR la Princesse Lalla Hasnaa
SAR la Princesse Lalla Hasnaa

Fondation au cours de ses quinze années d’existence, lequel doit beaucoup au soutien constant de ses partenaires et au travail de ses équipes.

SAR la Princesse Lalla Hasnaa a prononcé le discours d’ouverture de la Journée Mondiale de l’Océan, en présence de Son Altesse Sérénissime le Prince Albert de Monaco, de Ségolène Royal, ministre de l’Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, de Maria Helena M.Q. Semedo, directrice générale adjointe chargée du Climat et des Ressources Naturelles à l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et de Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime. Son Altesse Royale a rappelé l’importance des océans, consacrée par la déclaration « Because the Ocean », et a lancé un nouvel appel à une plus grande protection des océans et des zones humides, pour lesquelles elle se mobilise depuis plus de 15 ans.

SAR la Princesse Lalla Hasnaa, Irina Bokova, directrice générale de l'UNESCO et Rachid Belmokhtar, ministre de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle lors de la journée de l'Éducation au Développement Durable
SAR la Princesse Lalla Hasnaa, Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO et Rachid Belmokhtar, ministre de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle lors de la journée de l’Éducation au Développement Durable

Son Altesse Royale La Princesse Lalla Hasnaa a également présidé lors de la COP22 la Journée dédiée à l’Éducation au Développement Durable. Elle y a prononcé un discours en présence de de Irina Bokova, directrice générale de l’Organisation des Nations unies pour l’Éducation, la Science et la Culture (UNESCO), Patricia Spinoza, secrétaire exécutive de la CCNUCC et de Rachid Belmokhtar, ministre de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle, où elle a rappelé l’importance que revêtent l’éducation et la sensibilisation dans la lutte contre le changement climatique, consacrée par l’article 12 de l’Accord de Paris. Lors de cette rencontre de haut niveau, des exemples montrant comment l’éducation peut contribuer à contenir le réchauffement climatique ont été présentés. À cette occasion, SAR la Princesse Lalla Hasnaa a reçu le premier rapport mondial de suivi de l’éducation (GEM-Planet Report 2016), qui fournit aux gouvernements et aux décideurs de précieuses informations pour suivre et accélérer les progrès de l’objectif d’assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, et de promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie (Objectif de développement durable n°4 des Nations unies).

L’année 2016 a été également marquée par la signature de deux conventions importantes avec l’UNESCO et la FAO. La première, une convention à caractère général, lie la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement à l’UNESCO. Elle s’inscrit dans le cadre de la nouvelle Décennie 2015-2030 des Nations unies pour l’Éducation au service du Développement Durable lancée par l’UNESCO et son Plan d’Action Global (GAP). Ce plan définit cinq domaines d’action prioritaires pour accélérer la marche vers le développement durable, dont le renforcement des capacités des éducateurs et des formateurs, domaine retenu par la Fondation Mohammed VI comme domaine d’action prioritaire au Maroc.

La seconde convention signée avec la FAO porte sur l’éducation, la formation et la sensibilisation au développement durable, notamment des jeunes, l’échange d’expertise, le partage de compétences et l’organisation de projets ou d’événements conjoints d’information et de formation, par la conception et la mise en œuvre de projets et programmes nouveaux d’intérêt commun.

Grâce à son travail continu et ses résultats, la Fondation est devenue une institution reconnue par les instances internationales, comme l’UNESCO, l’ISESCO, le PNUE, la FAO, la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), pour lesquelles elle représente un partenaire fiable en matière d’éducation à la protection de l’environnement.

SAR La Princesse Lalla Hasnaa a également présidé la cérémonie de signature du Pacte Qualit’air à Skhirat en février 2016 entre la Fondation, la CGEM et 21 de ses entreprises affiliées. Ce pacte a été le point de départ d’une année riche en réalisations pour le programme Air-Climat de la Fondation.

La Fondation développe aujourd’hui près de vingt programmes dans lesquelles elle a mobilisé et fédéré les pouvoirs publics, les acteurs économiques et la société civile. Ces programmes ont aujourd’hui une envergure nationale et servent de modèle en matière de sensibilisation et d’éducation à la protection de l’environnement.

Chiffres clés :

  • Sauvegarde du Littoral

o 22 Plages Propres labélisées Pavillon Bleu

  • Éducation au Développement Durable

o  1375 Éco-Écoles participent à la saison 2015-2016 et 62 arborent le label Pavillon Vert ;

*   Jeunes Reporters pour l’environnement :

7 Reportages écrits primés dont 2 primés à l’international, à savoir :

  • Prix de la Sensibilisation au niveau national :

Le cri des jardins de Ksar El Kébir, y a-t-il un sauveteur ? Lycée Ouled Ouchich, Larache ;

  • Prix de l’éveil au niveau national :

Une feuille égarée, un arbre perdu ; Lycée Hassan Ibn Thabet, Nador.

o Participation de 591 collégiens et lycéens de 120 établissements encadrés par 112 enseignants ;

6 Photographies primées, dont 1 à l’international, à savoir :

  • Prix de l’éveil au niveau national : Le dernier appel ; Lycée Ibn Zouhr, Ouezzane.

o  Participation de 955 collégiens et lycéens de 209 établissements assistés de 194 enseignants

  • Tourisme durable

o   80 établissements touristiques ont arboré le label Clef Verte.

  • Air-Climat

En novembre 2016, la Fondation a apporté son appui au calcul de l’empreinte carbone de la COP22, estimée à 6407 tonnes équivalent CO2, et a proposé aux participants de compenser leurs émissions sur des bornes dédiées sur le site de la COP22.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Fenie Brossette améliore sa certification

Article suivant

Souss-Massa accueillera la plus grande usine de dessalement de l’eau de mer