Agroalimentaire

Forafric rachète la société Moulins Sanabil

Après avoir racheté Tria en 2016, le groupe marocain Forafric, connu pour sa marque MayMouna, vient de récidiver avec la société Moulins Sanabil, basée à Meknès et propriétaire de la marque « Ferane ». Les détails.


Repris en novembre 2014 par le fonds d’investissement européen Ycap et le fonds public du Gabon (FGIS), le groupe marocain de minoterie et semoulerie Forafric, connu pour sa marque grand public MayMouna de farine, couscous et autres céréales, vient de racheter la société Moulins Sanabil.

Le groupe alimentaire qui s’impose de plus en plus sur le marché de la farine depuis son rachat de son concurrent Tria local Tria en 2016, a en effet acquis 60 % de cette société spécialisée dans la transformation et la commercialisation de farine alimentaire issue de l’écrasement du blé tendre.

Créée en 2005, cette dernière, basée à Meknès, distribue ses produits sur tout le territoire national sous le nom de « Ferane ». Et depuis 2015, l’entreprise opère également dans l’alimentation de bétails sous le nom Alf Sanabil.

Lire aussi | Pedro Sánchez attendu au Maroc dans les prochaines semaines [El Español]

Avec cette prise de contrôle de la société Moulins Sanabil, le groupe Forafric Maroc va voir encore son dispositif industriel renforcé sur le marché marocain face à des concurrents comme Fandy Maroc (filiale du groupe Anouar Invest), Dalia ou encore, sur certains segments de marché, Dari Couspate. A noter que la finalisation de cette opération est soumise à l’obtention de l’autorisation réglementaire requise du Conseil de la concurrence.

Pour rappel en novembre 2014, Forafric Maroc avait lui même été acquis auprès d’actionnaires privés (famille Houcine Benjelloun…) dans une opération conduite par Ycap basé à Paris. Le patron du gestionnaire de fonds et investisseur Ycap (1,2 milliard d’euros sous gestion) Yariv Elbaz, peu connu à l’époque au Maroc, où il est pourtant né, avait mené cette opération de rapprochement avec l’aide d’un fonds public du Gabon.

Aujourd’hui également, cette nouvelle opération de rachat s’inscrit dans cette logique qui a pour but d’accélérer la taille et la croissance du groupe.

Le secteur marocain de la minoterie industrielle est le maillon central de la filière céréalière. Il compte aujourd’hui 164 unités en activité (mais la plupart sont de petite taille) dont 137 à vocation blé tendre, selon des chiffres de la profession (ONICL). La capacité de transformation est de 10,85 millions de tonnes, mais avec un faible taux d’utilisation (environ 54%) pour une production effective qui a été de 6 millions de tonnes.

En termes de répartition géographique, la moitié des minoteries est concentrée dans les régions de Casablanca-Settat et Fès-Meknès.

Lire aussi | Le Canada suspend les vols directs en provenance du Maroc pour un mois

 
Article précédent

Pedro Sánchez attendu au Maroc dans les prochaines semaines [El Español]

Article suivant

Nouveauté. Dacia mise sur un inédit véhicule à vocation familiale