Blog

Formation-Emploi : Le décalage est flagrant !

L’emploi a toujours constitué le principal vecteur de l’insertion sociale de tout individu et la principale source de création de richesse des pays. Dans ce contexte de transitions politiques que connait l’état, la problématique de l’emploi attire de plus en plus d’attention et a même institué dernièrement le fondement de l’ensemble des compagnes électorales post-printemps arabe.   


En gros, si on se réfère aux publications du HCP,  le taux de chômage au Maroc affiche des baisses significatives durant les dix dernières années. Une tendance baissière globale qui cache un détail inquiétant : le taux de chômage chez les jeunes diplômés avoisine les 18%. Ceci nous mène à se poser mille et une question sur la qualité des formations offertes à la jeunesse. Ajoutons un autre chiffre, celui des chômeurs déguisés qui occupent des postes qui ne leur conviennent pas dans l’espoir de trouver un autre qui corresponde mieux à leur profil, diverses enquêtes menées par des cabinets RH démontrent qu’ils représentent environ  63% du total des employés. Maintenant c’est clair et c’est fragrant, notre système éducatif est  loin d’être ce pont qui conduit un citoyen nouvellement diplômé vers un emploi convenable.  

Aujourd’hui, la parité Formation-emploi est chamboulée par ces innovations technologiques successives et rapides qui imposent des changements de modes de vie et qui impliquent automatiquement des changements de« business-model ». Cela va donc de soit que le monde de travail va suivre le même rythme et que  les profils recherchés et les compétences sollicitées deviennent de plus en plus pointus. Prenons l’exemple de l’industrie : c’est un secteur d’activité qui s’est associé aux progrès de l’informatique et de la robotique. Les procédés de production sont maintenant automatisés et on n’a plus besoin d’un grand nombre d’ouvriers mais plutôt de quelques techniciens polyvalents qui feront preuve de créativité. 

Malheureusement les systèmes éducatifs trouvent des difficultés à accompagner cette mutation perpétuelle du monde de travail, et les jeunes sont amenés à suivre des  formations continues relativement coûteuses pour suivre le rythme de ces mutations. Cette problématique est universelle, sauf que le Maroc fait moins d’effort que le reste du monde.  Notre système éducatif se trouve en bas d’échelle au niveau international, de nombreux pays comparables au notre nous dépassent largement dans ce domaine. En Tunisie par exemple l’offre de formation est beaucoup plus diversifiée et les centres de recherche sont beaucoup plus dynamiques.

Il parait que le Maroc  est tombé dans une sorte de cercle vicieux ou le taux de chômage  tire le développement économique vers le bas ce qui empêche la création de nouveaux  postes et  fait augmenter encore plus le niveau de chômage. Dans une telle situation, un jeune est sensé créer son propre emploi ! Malheureusement nos banques ne sont pas prêtes à prendre le risque de financer des projets dans une société ou l’entreprenariat n’est pas assez vulgarisé ! 

 
Article précédent

Sommaire Challenge #425

Article suivant

Peugeot 4008 : Polyvalent avant tout