Actualités

Forum stratégique IFA : pour rentabiliser l’agriculture de demain

Mustapha Terrab, PDG de l’OCP avec les membres du conseil d’administration de l’IFA.

La ville ocre, Marrakech, a abrité les 19 et 20 Novembre le premier Forum stratégique de l’International Fertilizer Industry Association- IFA-. Cette importante manifestation mondiale a vu la participation des grands opérateurs de l’industrie des fertilisants et de l’agroalimentaire représentant une quarantaine de pays. A cette occasion, l’Office Chérifien des Phosphates- OCP-, acteur international incontournable dans le domaine des engrais,  a présenté son plan de développement à destination particulièrement de l’Afrique Subsaharienne. par  Abdelfattah ALAMI


La sécurité alimentaire mondiale, un souci majeur

La sécurité alimentaire, l’accès des petits agriculteurs aux fertilisants, le développement durable et la préservation de ressources naturelles étaient l’un des thèmes clés du Forum Stratégique de l’IFA pour l’année 2014. Il s’agit d’anticiper les changements radicaux qui s’imposent à l’humanité dans les systèmes agricoles et alimentaires pour vaincre la faim et la malnutrition qui touchent une partie importante de la population mondiale.
Déjà, lors du Sommet Rio+20, tenu en juin 2012, les dirigeants mondiaux ont réaffirmé que «l’élimination de la pauvreté, l’abandon des modes de consommation et de production non viables en faveur de modes durables, ainsi que la protection et la gestion des ressources naturelles sur lesquelles repose le développement économique et social sont à la fois les objectifs premiers et les préalables indispensables du développement durable ».
En 2010-2012, la sous-alimentation chronique touche près de 870 millions de personnes dans le monde pour plus de 7 milliards d’individus.
A l’horizon 2050, ce sont 9 milliards d’habitants qui peupleront la Terre. Ce bond démographique nécessitera en parallèle un accroissement de la production agricole mondiale de 77 % pour faire face à la demande en denrées alimentaires à produire avec deux fois moins de terres arables par habitant.
Cet objectif ne pourra être atteint que si les agriculteurs améliorent leur rendement, obtiennent des revenus plus élevés, ont à leur disposition des terres durablement cultivables et qu’il y ait une meilleure gestion de l’eau et de l’air ; cela passe par un doublement de la consommation des nutriments phosphatés pour pallier les nutriments essentiels du sol prélevés par les récoltes.                    
Ces constats ont fait le consensus lors de la séance d’ouverture du Forum qui était destinée, d’ après la présidente de l’IFA, Mme ESIN METE, à «examiner la relation de l’industrie des engrais avec les autres maillons de la chaîne alimentaire et de la valeur agricole. Nous nous réjouissons d’accueillir un groupe de chefs de file des secteurs de l’agriculture, la semence, le bétail et la fabrication de produits alimentaires qui engageront avec nous la réflexion sur les principales tendances qui marquent leurs secteurs respectifs et les implications de ces tendances sur notre industrie ».
S’agissant des perspectives du marché des fertilisants, l’Afrique Subsaharienne s’est vue attribuer une session spéciale de ce Forum car il s’agit pour les organisateurs d’ «un domaine d’intérêt croissant en termes de l’offre et de la demande d’engrais ». Cet intérêt s’explique à plus d’un titre. En effet, aujourd’hui l’Afrique Subsaharienne pèse pour 18%  des terres arables mais ne représente que 1% de la consommation mondiale d’engrais, bien en deçà des standards requis. Et sans changement dans les pratiques actuelles, les sols africains pourraient subir des dégradations irréversibles.
Le positionnement de l’OCP en faveur de l’agriculture africaine à travers la mise en œuvre d’une approche globale et adaptée aux spécificités du continent se situe dans cette perspective.

La vision Afrique de l’OCP en tant qu’acteur stratégique de l’industrie des fertilisants

A l’occasion du Forum de l’IFA, l’OCP  a présenté son plan de développement visant à répondre à la demande mondiale et particulièrement africaine en fertilisants. En perspective, et à l’horizon 2016, quatre unités supplémentaires assurant la production de quatre millions de tonnes d’engrais phosphatés seront opérationnelles, ont annoncé les responsables de l’OCP lors de cette manifestation.
Cette vision Africaine de l’Office s’inscrit en droite ligne avec les orientations Royales érigeant, dans leurs priorités  la coopération avec nos partenaires Africains et leur concrétisation par la décision de SM le Roi Mohammed VI pour la création d’une usine de production d’engrais entièrement dédiée à l’Afrique. L’unité d’engrais de Jorf Lasfar visant exclusivement  à accompagner le développement et la rentabilisation de l’agriculture africaine est « une première mondiale », selon le PDG de l’OCP, M. Mostafa Terrab.
Dans ce cadre, l’OCP consacre une part significative des investissements consentis dans le cadre de sa stratégie de développement à la satisfaction de la demande en fertilisants de l’Afrique. Les volumes d’engrais exportés par l’OCP en Afrique ont été multipliés par dix en cinq ans, passant de 50 000 tonnes en 2007 à près de 506 000 tonnes en 2012. L’Office met également ses capacités d’innovation et son expertise dans le domaine des engrais au service des institutions et des exploitants en fonction de leurs besoins. En plus, la vision Afrique de l’OCP se concrétise par la capitalisation, au profit des voisins Africains,  de son expérience pour la mise en place, en collaboration avec le ministère de l’Agriculture et des Pêches Maritimes et l’Institut National de la Recherche Agronomique, d’une « carte de fertilité » des sols au Maroc, expérience pionnière en Afrique, qui fournit,  à partir d’un dispositif d’information sur les sols et leurs principales caractéristiques, des précisions très fines sur les besoins en fertilisants par région et par culture. Les agriculteurs pourraient aussi optimiser les ressources en eau de leurs exploitations.
Ainsi, en érigeant l’agriculture Africaine en priorité dans son plan de développement présenté au Forum de l’IFA à Marrakech, l’OCP conforte son modèle de leadership à l’échelle internationale et régionale.
Rappelons, enfin, que la prochaine rencontre de l’IFA aura lieu à Paris les 13 et 15 Janvier 2015 sur la thématique « Bridging Thoughts, Joint Agriculture and Communication Meeting » (Regards croisés, rencontre communication/agriculture). Elle tentera de répondre aux questionnements qui préoccupent l’industrie des fertilisants, tels que :
– Quels sont les principaux enjeux mondiaux qui touchent l’industrie des engrais dans le monde entier?  
– Quelle vision des Nations Unies pour l’industrie des engrais? 
– Quelle approche pour la gestion de la crise alimentaire à l’échelle mondiale?

 
Article précédent

Newsletter du 01 Décembre 2014 : Hôtellerie : Une vingtaine de projets dans le pipe de Rabat -Salé-Zemmour-Zaër

Article suivant

Une pièce maîtresse de la nouvelle architecture de l’Etat de droit