Il fait l'actu

Fouad Guessous transpose le répertoire « Al Ala » dans la langue de Molière

« Al Ala, la musique andalouse dans la langue de Molière » est l’intitulé du nouveau livre de Fouad Guessous présenté, mardi soir à Casablanca, quelque temps après sa parution.


A travers cet ouvrage de 485 pages, l’écrivain marocain présente en français poétique le répertoire « Al Ala » du Maroc, tel qu’on le pratique à Fès. Ce dernier comprend encore onze noubats sur les 24 théoriques, chacune d’entre elles étant divisée en cinq mouvements (mizân) joués sur cinq rythmes de base.

« L’objectif est de faire connaître aux francophones, qu’ils soient marocains ou étrangers, la beauté et la splendeur de ce patrimoine qui a plusieurs siècles d’existence et qui est même reconnu comme patrimoine universel de l’UNESCO », a expliqué Guessous à la MAP, faisant savoir que ce répertoire est un style basé sur deux formes de poésie arabe, le muwashshah et le zajal, et qui s’est développé en Espagne aux 11ème et 12ème siècles.

« Ce livre comporte deux parties, arabe et français, ce qui permettra aux gens, amateurs ou passionnés de la musique andalouse, de comprendre Al Ala et de pouvoir suivre et savourer la richesse et la beauté de cette poésie dont, l’essentiel comporte 4 thèmes essentiels: Dieu et le Prophète, la femme et la nature », a t-il ajouté. Au sujet de ses futurs projets, Guessous a émis son intention de présenter au public l’art musical marocain d’Al Aita et ainsi terminer la trilogie « Malhoun, Al Ala et Al Aita dans la langue de Molière ».

Le célèbre chorégraphe et réalisateur marocain, Lahcen Zinoun, a indiqué, pour sa part, que Guessous, déjà connu pour son initiative de traduire le Malhoun en langue française, offre aux gens, à travers ce livre, une occasion de découvrir et d’apprécier les trésors et les perles de la musique Andalouse et permet également de faire connaître cet art au delà des frontières du Maroc.

Fervent passionné de la culture nationale, Fouad Guessous, qui est un ancien banquier, s’est lancé, dès sa retraite, dans la traduction en français de plus de trois cent quacidas du melhoun. Ses ouvrages ont pu faire connaître aux francophones la splendeur de ce patrimoine littéraire populaire.

Il compte parmi ses ouvrages « Anthologie de la poésie du Melhoun marocain », « Les plus belles Quacidas de Si Thami Mdaghri », « Les plus belles Quacidas de Jilali Mthired « , « Le cerbère –harraz- dans l’imaginaire marocain » et « Génèse des Quacidas du melhoun : comment la muse a inspiré les poètes du melhoun ».

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Kia Maroc passe à la vitesse supérieure

Article suivant

« Ach Waqe3 » : l’actualité décryptée par Jamal Berraoui