Offshoring

Le français G. Group X prend pied au Maroc

Christophe Février, l’investisseur industriel français spécialisé dans le retournement des entreprises en difficulté, jette son dévolu sur le Maroc. Cette fois-ci, ce n’est pas une « belle endormie » qui a fait accourir vers les rivages du Bouregreg l’homme d’affaires que la presse française qualifie de découvreur de « pépites oubliées », mais plutôt les atouts de l’offshoring que présente encore le Maroc… malgré une concurrence de plus en plus rude venant des pays francophones encore plus au sud et aux coûts de la main d’œuvre quasiment imbattables (Sénégal, Tchad, Madagascar…).


En effet, G. Groupe X, la holding de tête du groupe créé par Christophe Février à grands coups d’acquisitions, vient de créer une filiale basée à Rabat dénommée Group Synergy M. Cette entité devra entamer, dès le mois de septembre 2017, l’exploitation d’un centre de gestion de relations clients opérant essentiellement dans le télémarketing pour le compte de clients français notamment, dans un premier temps, pour des entités appartenant au même groupe.

Group Synergy M est la première filiale africaine d’un groupe qui compte pas moins d’une dizaine d’entreprises (principalement en France) opérant dans l’ingénierie mécanique, le bois, le revêtement de sol, les médias, le conseil en efficacité énergétique et l’ingénierie documentaire. Les plus connues d’entre elle sont Leroy Industries (ex-Plysorol) et Tescom qui avaient été acquises par Christophe Février à la barre du tribunal respectivement en 2013 et 2014 avant de devenir, en quelques semestres seulement, des fleurons industriels rentables et socialement responsables.

Rappelons que G. Groupe X réalise un chiffre d’affaires proche de 100 millions d’euros (plus d’un milliard de DH) et emploie plus de 400 salariés principalement en Hexagone. Après cette première implantation en greenfield au Maroc, Christophe Février cherchera-t-il à y déployer, par ailleurs, son savoir-faire en retournement d’entreprises en difficultés ? Affaire à suivre.

 
Article précédent

NL DU 28 Septembre 2017

Article suivant

Risques sur le secteur financier : les 8 constats du Comité de Coordination