Automobile

Le français Novares renfloue sa filiale marocaine

Au lendemain de l’obtention auprès de la Banque Européenne de Reconstruction et de Développement (BERD) d’un prêt de 16,5 millions d’euros (plus de 180 millions de DH) pour son projet d’implantation au Maroc, l’équipementier automobile français Novares (ex-Mecaplast) allonge quelques 11,5 millions de DH pour renflouer sa filiale Novares Morocco.


Ce concours qui vient porter le capital de cette filiale à 22 millions de DH devra être suivi dans les mois à venir par d’autres recapitalisations sachant que son usine de pièces en plastique pour automobile est toujours en construction à Atlantic Free Zone à Kénitra avec une livraison prévue d’ici début 2019. Parallèlement aux fonds propres apportés par l’actionnaire et la dette en devises accordée par la BERD, le groupe basé à Clamart (en Île-de-France, pas loin de Paris) envisage de compléter le financement de Novares Morocco en recourant à l’emprunt auprès d’une ou deux banques marocaines. Il faut dire que pour sa première implantation en Afrique, le groupe Novares a opté pour une unité industrielle de dernier cri au coût global estimé de plus de 30 millions d’euros (plus de 330 millions de DH) dont 20 millions d’euros pour la partie injection.

Rappelons que Novares est né, en 2016, de la fusion de Mecaplast (un fournisseur de solutions plastiques pour automobile né en France durant les années 1950) et l’américain Key Plastics basé au Michigan. Le groupe issu de cette fusion est devenu très rapidement un acteur mondial reconnu pour la fabrication de pièces en plastique de haute technologie et aux fonctionnalités multiples grâce à de la R&D poussée en cinématique et mécatronique. En 2017, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 1,2 milliard d’euros (plus de 13 milliards de DH) avec une présence dans 21 pays dont le tiers en dehors de l’Europe (Chine, Argentine, Inde, États-Unis, Japan, Mexique et Maroc).

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Elle fait l’actu : Loubna Tricha, DG de l’OFPPT

Article suivant

Tahar Ben Jelloun tacle le ministre italien de l’Intérieur