Géopolitique

Front Polisario : la Mauritanie se dirige vers le retrait de sa reconnaissance

La Mauritanie annoncerait prochainement, et ce avant la fin du mandat présidentiel actuel, le retrait de la reconnaissance du Front Polisario, rapporte fr.hespress.com qui se base sur l’analyse du journal  électronique mauritanien Anbaa.info.


Cette décision historique se base sur la position des Nations unies qui ne reconnaît pas la république déclarée par le Polisario et les récentes résolutions de son Conseil de Sécurité sur la question. Une source du journal électronique mauritanien a en outre rappelé que tous les gouvernements qui ont succédé au gouvernement de l’ancien président Mohamed Khouna Ould Haidala, fidèle au Front Polisario et qui l’a reconnu en février 1984, n’ont jamais été en accord avec la décision impopulaire de reconnaissance qu’ils ont héritée et dû gérer. Et si d’aucuns n’y a apporté de changement, c’est par crainte que cela provoque des réactions du Polisario avec le soutien militaire algérien. L’armée mauritanienne n’étant pas à l’époque assez équipée pour y faire face, l’exécutif avait dû faire contre mauvaise fortune bon gré.

Lire aussi | Provinces du Sud : ces entreprises qui comptent

Or, précise le journal, la Mauritanie de 2021 n’est plus celle de l’année 1978. Entre-temps, elle est devenue un pays fort au niveau régional et son armée a été classée au premier rang des armées continentales, après avoir été lors de la période mentionnée en dehors du cercle de la classification. La source a ajouté que la Mauritanie est en mesure de prendre la décision historique, qui sert ses intérêts géopolitiques stratégiques et les intérêts de la stabilité et de la sécurité de toute la région, sans craindre les pressions.

Lire aussi | Vaccination : la campagne élargie aux 60-64 ans

De plus, le pays entretient désormais des relations fortes avec tous les pays voisins et jouit du respect de tous ses frères arabes et africains, en plus des relations distinguées avec les États-Unis d’Amérique et les pays de l’Union européenne.

 
Article précédent

M’hammed Belarbi, Enseignant-chercheur, Université Cadi Ayyad- Marrakech : « La ruée des opérateurs privés vers les provinces du Sud est l’événement phare attendu »

Article suivant

Replay. L’émission « Ach Waqe3 » du lundi 22 février 2021