Entreprise

Fusion de filiales chez le leader marocain des pâtes et couscous

Le groupe agroalimentaire Dalia met le cap sur l’efficience et l’optimisation des coûts.


Après une décennie de forte croissance l’ayant hissé à une position de leader dans le stockage et la transformation des céréales avec un chiffre d’affaires de 1,5 milliard de DH, ce groupe contrôlé par la famille Jamal Eddine planche, désormais, sur la consolidation de ses filiales et notamment les deux entités présentant le plus de synergies logistiques et commerciales. Aussi, les organes de gouvernance de ce groupe qui a débuté ses activités dès 1958 dans le négoce et la distribution de matières premières agricoles, viennent d’entériner l’opération de fusion-absorption entre Dalia Grains et Dalia Comodex.

Ce rapprochement s’est soldé par la dissolution de Dalia Grains, société créée en 2009 pour assurer le stockage et le transport de céréales et engrais et par le transfert corrélatif de son actif net évalué à 43 millions de DH et issu principalement de silos et dépôts de stockages dont la capacité cumulée avoisine les 100.000 tonnes, à Dalia Comodex, la filiale la plus importante du groupe Jamal Eddine avec près de 700 millions de DH de chiffre d’affaires en 2018. Située plus en aval de la chaîne de valeur du groupe, l’entité absorbante opère depuis 2011 dans le négoce et la distribution de céréales, d’aliments de bétail et d’engrais. Depuis quelques années, cette entité fait partie du Top 5 des distributeurs d’engrais au Maroc. 

Rappelons qu’outre les deux entités fusionnées, J Holding (holding de tête du groupe Jamal Eddine) compte deux autres filiales à savoir :

– Dalia Corp qui se spécialise dans la première transformation des céréales avec une capacité d’écrasement de plus de 400 tonnes par jour pour la minoterie et de 180 tonnes par jour pour la semoulerie. Cette entité produit une gamme très variée de produits finis telles la farine Luxe, la semoule Fine et la farine Complète.

– Dalia Food qui s’occupe de la deuxième transformation et de la distribution en closant la chaîne de valeurs du groupe. À partir des semoules, cette structure produit essentiellement du couscous et des pâtes avec des capacités de production de 20.000 tonnes/an pour le couscous et 43.000 tonnes/an pour les pâtes courtes et les pâtes longues.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Nouvelle stratégie pour le secteur agricole

Article suivant

Bank Of Africa lance le service SWIFT GPI