Energie

Gaz naturel. La feuille de route nationale 2021-2050 est désormais tracée

La feuille de route nationale pour le développement du gaz naturel 2021-2050 vient d’être dévoilée. Elle a été mise en place dans le cadre de la stratégie énergétique nationale, selon le ministère de l’Energie, des mines et de l’environnement.

Une feuille de route qui jette les jalons du développement du gaz naturel pour les besoins industriels dans un premier temps, suivi des besoins domestiques, tout en poursuivant son développement pour intégrer les besoins de production d’électricité.

La première étape de cette feuille de route serait de mettre en place un cadre réglementaire du secteur du gaz naturel à travers notamment la promulgation du projet de loi 94.17 relatif au secteur aval du gaz naturel, l’élargissement des attributions de l’Autorité nationale de régulation de l’électricité afin de réguler le secteur du gaz naturel, la mise en place d’un gestionnaire du Réseau de transport du gaz naturel marocain, ou encore la réglementation des activités d’importation libre du gaz naturel de transport, de stockage et de distribution.


Lire aussi | Said Guemra : « 52% de notre consommation électrique ne sera pas renouvelable en 2030 ! »

La deuxième étape, poursuit le ministère, concerne l’évaluation de la demande à travers l’évolution de la consommation actuelle et celle des dernières années, ainsi que le potentiel de la demande future, notant qu’un développement rapide de la demande pourrait avoir lieu suite au basculement des industriels vers ce nouveau combustible, propre et compétitif. La demande «Gas To Industry» sera le levier du développement du marché du gaz naturel au Maroc, à côté du Gas To Power pour la production d’énergie en remplaçant progressivement le charbon, considère le département.

Enfin, pour la troisième étape, il s’agirait d’évaluer les différentes options d’approvisionnement en gaz naturel et en gaz naturel liquéfié (GNL) notamment par gazoducs, unités flottantes de stockage et de regazéification, terminaux on shore ou encore flux multidirectionnels, tout en déployant un nouveau réseau de transport afin de relier l’ensemble des composantes du plan gazier et de développer des capacités propres de réception et de stockage du gaz naturel et du GNL pour des raisons de sécurité d’approvisionnement.

Lire aussi | Agadir. Le DG de l’ONEE s’informe des installations de l’énergie électrique

Ainsi, les objectifs de cette feuille de route s’articulent autour d’orientations stratégiques, telles que la création d’un marché régulé de gaz naturel, le développement d’un projet d’infrastructure gazière structurant, l’accès des industriels et consommateurs à une énergie compétitive ou encore l’amélioration de la compétitivité des industriels marocains exportateurs. En effet, le gaz naturel, étant une énergie fossile propre, est bien adapté pour être utilisé comme un levier pour la transition énergétique au Maroc, l’amélioration de la compétitivité de ses industries, la décarbonisation de l’économie ou l’accompagnement des énergies renouvelables.

Lire aussi | Hydrogène : Comment le Maroc peut devenir le premier fournisseur de l’Union Européenne

Par ailleurs, les études réalisées et l’analyse de la situation actuelle de l’offre et de la demande en gaz naturel aux niveaux national et international montrent que le marché serait d’abord tiré par la demande du secteur de la production de l’électricité et par celui de l’industrie. La demande totale en gaz naturel au Maroc devrait atteindre plus de 3 milliards de mètre cube en 2040, donnant ainsi lieu à une maturité du marché national, conclut le communiqué.

(Avec MAP)

 
Article précédent

Variant Delta. Une étude pour comparer l’efficacité des vaccins Pfizer et AstraZeneca

Article suivant

Évolution du coronavirus au Maroc. 9 462 nouveaux cas, 791 559 au total, jeudi 19 août 2021 à 17 heures