Banques

GCAM : dispositif d’accompagnement pour l’oléiculture

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM) et la Fédération Interprofessionnelle Marocaine de l’Olive (Interprolive) ont convenu de mettre en place un cadre institutionnel impliquant l’ensemble des parties prenantes afin de déployer des mesures de soutien spécifiques à la filière oléicole et un dispositif d’accompagnement des opérateurs au cas par cas.

Cette troisième réunion du cycle de rencontres du groupe bancaire avec les différentes fédérations interprofessionnelles de l’agriculture a été l’occasion d’exposer les attentes des opérateurs du secteur oléicole national vis-à-vis de la banque. Elle a ainsi permis de faire le point sur les réalisations de la filière, l’évolution de ses indicateurs, ainsi que sur ses contraintes et les leviers à actionner pour son développement. Les participants ont fortement salué les efforts du groupe bancaire pour l’accompagnement et le développement des différents maillons de la chaîne de valeur de la filière, ainsi que la promotion de ses produits, note le GCAM.  


Lire aussi | Le tunisien Fininfo Solutions se lance au Maroc

Partant de son grand potentiel en tant que principale filière fruitière du pays avec 65% de la superficie arboricole nationale et grand pourvoyeur d’emplois avec pas moins de 51 millions de jours de travail annuels, ils ont noté avec satisfaction le grand essor qu’elle a connu dans le cadre du Plan Maroc Vert (PVM), ainsi que les performances et les investissements réalisés aussi bien au niveau de l’amont que de l’aval de la filière, poursuit le GCAM. Les participants, à savoir le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêts, la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER), en plus de l’Interprolive et du GCAM, ont également mis en exergue le rôle que la filière oléicole peut jouer dans l’éclosion de la classe moyenne rurale, spécifiant que c’est la filière qui s’y prête le plus compte tenu de ses grandes potentialités permettant la création de Groupements d’Intérêt Économique (GIE), de coopératives et d’activités intermédiaires dans le milieu rural. Elle est, à cet effet, essentielle et stratégique aussi bien pour le développement de l’industrie agroalimentaire que pour la création de la classe moyenne rurale, rapporte le Groupe.

Lire aussi | La CGEM crée une nouvelle fédération

Le GCAM a réitéré son engagement ferme d’accompagner l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur et de jouer le rôle de trait d’union entre l’amont et l’aval à travers l’accompagnement financier de l’ensemble des besoins de la filière dans le cadre de la nouvelle stratégie agricole Génération Green 2020-2030.

 
Article précédent

Programme « Tayssir » : le paiement des bourses digitalisé

Article suivant

Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, jeudi 10 décembre