Energie

Le géant mondial ABB vole à la rescousse de sa filiale marocaine

ABB, le leader mondial des technologies de l’énergie et de l’automation, vient à la rescousse de sa filiale marocaine. En effet, en situation déficitaire depuis quelques années, ABB Maroc vient de porter son capital à 32 millions de DH dans le cadre d’une recapitalisation de 20 millions de DH entièrement souscrite par le groupe helvético-suédois auquel elle appartient. Tout en apportant du cash frais à une entité dont l’endettement à court terme a augmenté, cette opération permet à ABB Maroc de renflouer ses fonds propres qui avaient viré au rouge dès 2014 avant de s’établir à -11 millions de DH un an plus tard.


Il faut dire que malgré un chiffre d’affaires de 265 millions de DH, en hausse de 11%, la dégradation de la marge brute (revenue à 32% contre 45% un an auparavant) et la hausse substantielle des charges externes ont fortement pesé sur la rentabilité avec une perte nette de 6,8 millions de dirhams en 2015.

Implantée au Maroc depuis 1981, le groupe ABB y était à l’origine de près de la moitié de la production nationale d’électricité pendant plus d’une décennie de 1995 à 2007, à travers sa participation à hauteur de 50% dans la centrale électrique de Jorf Lasfar dont il a fini par se désengager au profit de l’émirati Taqa. Depuis cette date, les activités marocaines se limitent principalement à la vente de matériels énergétiques de marque ABB (tels des moteurs à haute efficacité énergétique et variateurs de vitesse) destinés à différents secteurs (bâtiment, chimie, mines, métallurgie…).

Rappelons qu’ABB emploie 135.000 personnes à travers le monde où il compte une présence dans une centaine de pays. Sa gamme de produits s’étend d’interrupteurs de petit calibre jusqu’aux robots, en passant par des très gros transformateurs électriques et des systèmes de commande pouvant gérer des usines ou des réseaux électriques complets. À fin 2016, son chiffre d’affaires consolidé a atteint 33,8 milliards de dollars (près de 330 milliards de DH) pour un bénéfice net de 1,96 milliard de dollars (près de 20 milliards de DH).

 
Article précédent

Fonds Charaka : l’appel à projets lancé

Article suivant

Il fait l’actu : Mohamed Sajid, ministre du Tourisme