Politique

Gestion déléguée : Benkirane pour une révision périodique des conventions

Après les manifestations contre la cherté des factures d’eau et d’électricité à Tanger, Abdelilah Benkirane a été interpellé hier  mardi 17 novembre à la deuxième chambre dans la cadre de la séance mensuelle de politique générale, par plusieurs groupes parlementaires, sur  « l’état des lieux de la gestion déléguée au Maroc ».


Pour  le chef de l’Exécutif, la résolution des problématiques liées à la gestion déléguée passe par le respect effectif des deux parties contractantes des termes de la convention de délégation et sa révision périodique.

A ce sujet, il a expliqué que l’opération de révision des conventions de la gestion déléguée au niveau des villes de Rabat, Tanger et Tétouan qui est actuellement en cours d’étude et de préparation, vise à combler les lacunes et dysfonctionnements constatés et œuvrer à doter le Royaume d’infrastructures destinées à l’assainissement et à l’allègement de la charge financière pour les usagers.

Côté transport, il a relevé qu’il a été procédé au titre de l’année 2014 à l’augmentation  des ressources du fonds d’accompagnement des réformes du transport, créé en 2007, et qui a profité aux intervenants à hauteur de 1,2 milliard de dirhams. Le chef de l’Exécutif s’est également largement attardé sur les investissements dont ont  bénéficié les différentes villes du pays en la matière.

En réaction à la réponse du chef du gouvernement, évidemment, les groupes de la majorité ont salué les efforts déployés par l’Exécutif. Et naturellement, les groupes de l’opposition ont critiqué le recours du gouvernement à la gestion déléguée de secteurs vitaux.

 
Article précédent

Attentats de Paris : l'assaut antiterroriste terminé avec 2 morts et 7 suspects interpellés

Article suivant

Attentats de Paris : les 129 victimes identifiées