Flash-ecoSport

Gianni Infantino s’exprime sur le Maroc

À moins de 10 jours du coup d’envoi de la Coupe du monde 2018 en Russie, le président de la FIFA a accordé une interview au quotidien Le Figaro dans lequel il est revenu entre autres sur les derniers préparatifs du tournoi, l’arbitrage vidéo, le hooliganisme et le racisme.


Gianni Infantino s’est également exprimé sur la candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du monde 2026. D’emblée, il affirme que « les rumeurs affirmant que la procédure n’était là que pour exclure le Maroc dans la course à l’organisation du Mondial 2026 sont fausses ». Gianni Infantino a également tenu à défendre la task force qui lui a valu d’être accusé de vouloir éliminer le Maroc. « Chaque candidature doit d’abord passer par un examen technique. Il faut que l’on soit sûr que la compétition puisse réellement se tenir dans un pays. Sinon, c’est aussi nous que l’on va critiquer. Si nous ne le faisions pas, chacun pourrait présenter sa candidature devant le Congrès. Nous pourrions avoir en course des pays comme Andorre ou le Liechtenstein. Nous avons besoin d’un rapport réalisé par des professionnels qui disent si oui ou non, une candidature est éligible. C’est aussi le rôle du président de la FIFA de défendre la procédure en place. Après, quand la campagne démarre, il est de bonne guerre de défendre ses positions », a affirmé le président de la FIFA. Enfin, concernant les pressions exercées, notamment par le président américain Donald Trump, Gianni Infantino estime que « si nous ne sommes pas capables de résister à la pression, il faut changer de travail. Nous devons continuer de faire ce qui est juste. C’est pour cela qu’un rapport technique est nécessaire ». Sur ce point, le président de la FIFA exhorte les fédérations nationales à se baser sur le rapport de la task force pour voter.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

CTM lance de nouveaux services

Article suivant

Il fait l'actu : Lahcen Daoudi, ministre délégué chargé des Affaires générales et de la Gouvernance