Société

GMT+1 maintenu, nouvel horaire scolaire : les Marocains indignés

C’est officiel : l’horaire GMT est aujourd’hui de l’histoire ancienne. Ce vendredi, les Marocains ont été surpris par la décision du gouvernement de maintenir l’horaire d’été. Encore sous le choc, une autre décision leur tombe dessus : les horaires d’école seront décalés.


La nouvelle est tombée comme un couperet. Le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation professionnelle et de la Recherche scientifique, Saaid Amzazi, a annoncé qu’un nouvel horaire scolaire sera adopté à partir du mercredi 7 novembre dans l’ensemble des établissements scolaires publics et privés à l’échelle nationale. Ce nouvel horaire sera appliqué également dans les instituts de formation professionnelle et les universités.

L’objectif avancé, d’après le ministère, est d’adapter l’horaire scolaire avec la décision de maintenir l’heure légale, précise le département. Ces nouveaux horaires des écoles, qui ont secoué l’opinion publique, consistent en un décalage d’une heure. Ainsi, l’école ouvrira ses portes à 9h et fermera à 13h pour la séance matinale et reprendra l’après-midi de 14h à 18h. Selon la tutelle, cette mesure a été prise suite à l’adoption en conseil de gouvernement du projet de décret 2.18.855 qui a décidé du maintien de l’heure d’été (GMT+1). Ledit décret, qui entrera en vigueur dès sa publication au bulletin officiel, vise « à garantir une application optimale du nouvel horaire et à assurer les meilleures conditions d’apprentissage tout en prenant en considération les besoins des familles », précise le ministère. Si la décision de maintenir l’horaire d’été est motivée par la volonté de l’État de réaliser des économies d’énergie tout en réduisant le décalage horaire avec l’Europe, le nouvel horaire scolaire a pour objectif de « permettre aux élèves, aux stagiaires et aux étudiants d’effectuer leurs déplacements dans des conditions sûres et convenables et pour qu’ils puissent quitter leurs établissements en fin d’après-midi alors qu’il fait encore jour », conclut le ministère.

Le coup de gueule des Marocains

Un rejet total. Ainsi peut-on résumer les réactions virulentes des internautes. Largement relayées par les réseaux sociaux, les deux mesures décidées par le conseil de gouvernement ont été fortement critiquées par les Marocains.

Dans un sondage effectué sur sa page Facebook, Radio MFM officiel a tâté le pouls des citoyens marocains. 2 746 votes ont été exprimés en 12 heures. Le résultat de ce sondage est sans appel : 96% sont contre. Les internautes sont donc presque unanimes. Leurs réactions portent sur l’impact négatif que peut avoir le maintien toute l’année de l’horaire d’été sur la santé des Marocains, mais aussi le risque que les citoyens, en particulier les écoliers peuvent encourir en se déplaçant dans l’obscurité.

En ce qui concerne le nouvel horaire scolaire, les internautes pointent la non faisabilité de cette mesure. Alors que certains se demandent comment feront les parents pour être à l’heure au travail s’ils doivent emmener leurs enfants à l’école à 9h au lieu de 8h, d’autres considèrent que la pause déjeuner réduite à 1h au lieu de 2h est « trop insuffisante » pour rentrer, déjeuner, puis revenir à l’école à 14h. « Avec le trajet qui me prend 40 minutes, il est impossible pour moi de rentrer chez moi pour déjeuner. Déjà avec l’option 12-14 c’était pénible. Et faire 9h-18h chaque jour sera infernal », s’indigne cette lycéenne. La plus grande majorité des réactions abonde dans le même sens.

Pour officialiser leur rejet des deux mesures « insensées » du gouvernement, les internautes ont lancé une pétition sur les réseaux sociaux. Leur argument, une expertise d’un médecin allemand doublée d’une étude américaine. D’après ces études scientifiques, l’heure de GMT+1 aurait des répercussions négatives en particulier sur les enfants.

Le gouvernement prendra-t-il en compte les réactions des citoyens ? Quelles solutions alternatives apportera-t-il pour convaincre ? Affaire à suivre.

 
Article précédent

Haro sur la décharge de Médiouna

Article suivant

La corde raide